Auteur Lu 9184 fois

Jacques

  • *****
  • Néophyte
  • Messages: 29
Santé mentale familiale ? Décrivez.
* le: 17 mars 2006, 11:36:48 *
Santé mentale familiale ? Décrivez.


Avant de définir efficacement ce qu'est une pathologie familiale, telle que le Syndrome d'aliénation parentale à la Gardner, il faut se donner la peine de décrire ce qu'est à vos yeux la santé mentale en famille. Tout travail est fragile si les concepts ne sont pas définis, si leurs antonymes ne sont pas non plus délimités, et référencés dans du concret.

On peut avoir peur de voir une association, ou quelque autre consensus fragile et factice, voler en éclats, si vous vous donnez la peine de poser à quoi ressemble un couple en bonne santé mentale, dans une relation saine. Et du coup en quoi votre couple précédent était pathologique.

Il faut poser à quoi ressemblent des relations parents-enfants saines. A quoi ressemble un développement normal.

Jamais, au grand jamais, vous ne trouverez cela dans le monde juridique, qui est au contraire un repaire d'une pathologie marquée : "Pile je gagne, face tu perds !". Ses traditions d'hypocrisie le disqualifient gravement pour toute définition de santé mentale en famille.

Vous ne pouvez pas faire l'économie d'aller voir du côté des réparateurs de familles, les psychothérapeutes familiaux, ni d'aller voir du côté de la pédiatrie, et de la psychologie développementale.

Une famille a un projet développemental, pour le couple, pour les enfants, pour les petits-enfants, et même pour les ascendants, ou alors elle n'est pas une famille mais un vague conglomérat plus ou moins lié-disloqué par des hasards de sexualité, de reproduction par erreur, et de dépendance.

Un autoursier, parlant d'oiseaux de proie, avait donné une définition modeste, mais très judicieuse : "Vous devrez apprendre auprès d'un maître en autourserie. Un maître, c'est quelqu'un qui pense ne savoir que peu de son art, mais dont les oiseaux vivent vieux, ont l'air en bonne santé, et rapportent des proies". Transposez, et vous avez l'essentiel.

Une famille, ce sont des couples qui vivent vieux et continuent de se développer vieux, dont les enfants vivent vieux, qui maintiennent des relations chaleureuses et constructives, une entraide efficace dans les petites épreuves comme dans les grandes, qui apportent plein de choses autour d'eux, dans la société qui les entoure, qui construisent, bâtissent, plantent, explorent...

Une perspective développementale ? Je l'emprunte à Jay Haley, dans le livre qu'il consacre à Milton Erickson (Un thérapeute hors du commun), chapitre 1, titre : La thérapie stratégique.
...
Le cycle de la vie familiale
La stratégie mise au point par Erickson pour remédier aux problèmes des gens est incomplète si l'on ne réfléchit pas aux objectifs de sa thérapie. Plus que d'autres thérapeutes, il garde présent à l'esprit les processus "normaux" ou ordinaires de la vie humaine. Il ne traite pas des jeunes mariés comme un couple qui a vingt ans de mariage derrière soi, et son approche pour une famille où il y a de jeunes enfants n'est pas la même que pour une famille où les enfants sont en âge de quitter le foyer. Souvent, la façon dont se terminent ses histoires de cas semble évidente parce que ses objectifs sont généralement très simples. Ainsi le mariage est l'aboutissement des fiançailles, et la réussite des premières années de mariage est concrétisée par la naissance des enfants. Quel que soit le stade de la vie familiale, le passage à l'étape suivante est un passage crucial dans l'évolution d'une personne et de sa famille. Les grands traits de ce travail sont déterminés en fonction du cycle de la vie familiale, depuis l'époque des fiançailles, jusqu'à celle de la vieillesse et de la mort.
...
Sa thérapie tient compte des processus évolutifs de la famille et des moments de crise que l'on observe lorsque les gens passent d'une étape à l'autre au cours du cycle de la vie familiale.
De la page 49 à la page 76, Haley décrit dans le chapitre 2, Le cycle de la vie familiale :
L'époque des rituels de séduction,
Le mariage et ses conséquences,
La naissance des enfants et l'art de les élever,
Les difficultés conjugales de l'époque de la maturité,
Comment sevrer les parents de leurs enfants,
La retraite et la vieillesse.


Si vous vous maintenez dans l'incapacité de dire quoi est un développement normal, alors vous resterez aussi dans l'incapacité de décrire en quoi les maladies du divorce sont des maladies.
Vous laissez alors l'initiative à l'assaillant(e), qui déclenche les hostilités à son moment et à sa manière, qui organise les campagnes de calomnies à sa guise, qui vous accule dans des positions défensives atroces.
Vous vous privez de pouvoir préciser en quoi l'assaillant(e) est un(e) malade mental(e), du simple fait qu'il est assaillant, en matière familiale.

Jacques

  • *****
  • Néophyte
  • Messages: 29
C'est la loyauté qui fonde la famille
* Réponse #1 le: 12 mai 2006, 12:55:16 *
* Modifié: 02 mars 2007, 01:39:03 par Jacques *
C'est bien le sexe qui fonde la grossesse,
mais c'est la loyauté qui fonde la famille,
et c'est l'éthique qui fonde la psychothérapie appliquée aux familles.

Tandis que c'est la fourberie qui fait la fortune des quarante-quatre mille ou quarante-six mille avocats de France.

Jacques

  • *****
  • Néophyte
  • Messages: 29
L'âge des responsabilités politiques hors famille, et son échec typique :
* Réponse #2 le: 02 mars 2007, 02:04:39 *
* Modifié: 06 mars 2007, 09:48:25 par Jacques *
Un gros oubli dans cette description du cycle familial : la dimension politique de l'humain, l'âge des responsabilités politiques hors famille, l'âge de la vie après la reproduction, et son échec typique : la crise despotique de milieu de vie.

Voir à http://deonto-famille.info/index.php?topic=77.0

Insertion de ma biographie et de celle de ma famille dans cette problématique ?
Dans ma famille d'origine, les séniors sont en dessous de tout.
Il n'y en a pas un, pas une en réalité puisque les mâles sont décédés, qui soit capable de dire le droit et l'équité. Le fanatisme partisan, la mythomanie, le culte du déni de réalité sont chaque année davantage leur règle de vie.

Pas une qui ait été capable de se choisir un mâle qu'elle ait envie de respecter. Après son divorce, ma mère s'était choisi l'homme le plus fallot possible, afin de pouvoir le dominer, le mépriser et le maltraiter tout son soûl.

Et le reste est à l'avenant...

Durant ses derniers mois de vie, alors qu'il demeurait bafoué et délaissé au possible par sa seconde épouse, qui depuis longtemps allait baiser ailleurs, papa confiait à sa première fille "Au fond ça aurait pu être bien pire. Oui, j'aurais pu être encore avec ta mère...". Pourquoi papa s'était-il enfui, laissant tous ses biens derrière lui ? Oui bien sûr, il y avait toutes les manoeuvres séductrices de Saddam Zussom, qui avait trouvé là l'homme le plus friqué qu'elle puisse dénicher. Mais aussi Georges nourrissait le fol espoir d'échapper enfin à la lutte pour le pouvoir dans le couple, à la guérilla harassante que lui livrait maman. Il ne soupçonnait pas à quel point Saddam Zussom dissimulait son jeu...