Auteur Lu 14688 fois

Jacques

  • *****
  • Néophyte
  • Messages: 29
Guide infaillible du divorce, selon Yvon Dallaire
* le: 17 août 2006, 03:37:03 *
Guide infaillible du divorce

Yvon Dallaire

Vingt-cinq ans de thérapie conjugale me permettent aujourd'hui de vous transmettre une recette infaillible pour divorcer à plus ou moins longue échéance. Le mariage est certes la première cause du divorce, encore faut-il y trouver certains ingrédients.

Le coup de foudre

Trouvez un partenaire diamétralement opposé. La psycho pop le dit : les contraires s'attirent. L’intense passion durera un certain temps puis, la polarité s'inversant, cette intensité se retrouvera dans les conflits suscités par les mêmes différences qui vous ont attiré. Une formule qui ne rate jamais. Denise, une de mes clientes, en était au douzième «homme de sa vie», une véritable experte en coups de foudre, et elle n'avait que 38 ans la dernière fois que je l'ai reçue.

L’amour-passion est aveugle, mais heureusement le mariage rend la vue. Votre «âme soeur» — celle qui devait régler tous vos problèmes, remplir votre vide intérieur et réaliser tous vos rêves —. deviendra rapidement votre principale source de problèmes. Une fois la passion passée, ne perdez surtout pas vos illusions, constatez tout simplement que vous avez tiré le mauvais numéro et partez à la recherche d’une nouvelle passion foudroyante afin d'oublier le passé.

En attendant de divorcer, forcez votre partenaire à correspondre à l'idéal que vous vous faites du prince ou de la princesse. Prenez l’autre en mains et modelez-le dès le début. Faites-lui comprendre que, vous, vous savez ce qu'il faut faire pour vivre en couple. Culpabilisez toute initiative de sa part, isolez-le de sa famille et de ses amis, soyez possessif et envahissant. Faites-lui savoir qu'il doit être parfait et répondre à toutes vos attentes. Ne lui laissez rien passer. Avec cette stratégie, vous pourriez battre le record de ma cliente.

Les illusions romanesques

Augmentez vos chances en entretenant vos mythes. Croyez que la communication est le meilleur moyen pour se connaître, se comprendre et s'aimer et forcez votre partenaire à communiquer. Revenez à la charge régulièrement. Obligez-le à utiliser l'écoute active et à entendre affectueusement votre point de vue. Exprimez toutes vos émotions et faites-lui de nombreuses suggestions d’améliorations. Si votre partenaire ne comprend rien, résiste ou essaie de se justifier, accusez-le d’être de mauvaise foi.

Utilisez les techniques de résolution de conflits véhiculés par les thérapeutes conjugaux traditionnels. Discutez avec votre partenaire jusqu'à ce que vous parveniez à un compromis, de gré ou de force. Par exemple, entendez-vous pour faire l'amour trois fois par semaine et non pas une, comme vous le souhaiteriez, ou cinq, comme l'exige votre partenaire. Ne croyez pas la nouvelle rengaine des thérapeutes conjugaux modernes qui affirment que 69 % des conflits de couple sont insolubles. Faites-les mentir.

Essayez de tout faire ensemble ; ayez les mêmes amis, les mêmes loisirs, les mêmes sorties. À quoi sert le couple si ce n'est pour être ensemble et fusionner ? Utilisez la formule donnant-donnant. Il faut toujours être à égalité dans un couple, c'est pourquoi il faut tenir les comptes. Ne lui donnez pas l'attention qu'elle attend si elle ne valorise pas vos actions. Assurez-vous que le partage des tâches ménagères soit vraiment équitable et que chacun investisse autant que l'autre dans le couple et ce, de la même façon. La formule donnant-donnant est une formule gagnante pour ceux qui veulent divorcer.

N'ayez aucun secret l'un pour l'autre. Dites-vous tout et videz tous les conflits possibles, immédiatement. Racontez-lui toutes vos erreurs passées, cherchez à tout savoir de lui, poursuivez-le dans ses ultimes retranchements. N'entretenez aucun mystère et assurez-le que vous serez toujours là, à la vie, à la mort. Si jamais, vous sentez que votre partenaire s'éloigne ou qu'il est moins affectueux, ayez une aventure extraconjugale : il verra bien ce qu'il risque de perdre et sa passion ne pourra que renaître.

Relisez Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus de John Gray pour vous convaincre que les différences homme-femme sont vraiment la principale source de conflits et que, quelque part, nous ne sommes pas faits pour vivre ensemble.

Théoriquement, avec toutes ces croyances, vous devriez réussir à créer un tel climat de tension et de paranoïa que votre partenaire, à moins d'être masochiste ou dépendant affectif, ne pourra tolérer cette vie de couple et s'enfuira à toutes jambes. Vous n'êtes pas convaincu, faites alors appel aux quatre cavaliers de l'Apocalypse.

Les cavaliers de l'Apocalypse

Pour mettre toutes les chances de votre côté, vous disposez de quatre stratégies qui ont fait leurs preuves. Utilisez-les à profusion et, à elles seules, ces techniques vous donneront 92% de chances de réussir votre divorce dans l'année qui vient, sinon dans les six mois.

La critique. Ne dites pas que vous n'appréciez pas tel ou tel comportement, attaquez sa personne : «Tu n'es qu'un(e) égoïste.» «Tu fais exprès pour ne pas comprendre.» «C'est de ta faute si ça va mal dans notre couple.» «Je ne peux pas me fier à toi.» «Tu es un(e) irresponsable.» Commencez votre critique de façon brutale, ne lui laissez surtout pas le temps de vous voir venir : «Te voilà, toi. Tu en as encore fait une bonne. Mais à quoi tu penses, bon Dieu ?»

Le mépris. Exprimez vos critiques avec un air de dégoût : «Et tu dis que tu m’aimes ? Non, mais t'es-tu vu l'allure ?» Regardez-le de haut : «T'es incapable de quelque initiative que ce soit.» Riez de lui et tournez-le en ridicule : «T'es ben comme ta mère ! Frigide !» Parlez de lui en société : «Hé, savez-vous quoi ? Mon chum a fait patate hier soir.»

La défensive. Si votre partenaire a le malheur de vous critiquer, contre-attaquez immédiatement : «Le problème, ce n'est pas moi, c'est toi. Tu devrais aller voir un psy.», «Mais qu'est-ce que j'ai fait au bon Dieu pour me retrouver avec ÇA !», «C'est toujours toi qui commences.», «Bon, c’est reparti.»

La dérobade. Vous voulez faire exploser votre partenaire, faites semblant que vous ne l'entendez même pas : ne laissez pas la pluie de ses injures atteindre le parapluie de votre indifférence. Sortez de la pièce à chaque fois que l’autre s’énerve.

Si vous êtes une femme, utilisez votre arme favorite : la parole. Si vous êtes un homme : le silence. Ne faites aucune tentative de rapprochement, du genre : «Chéri(e), je crois que notre discussion est mal partie.» Ne dites jamais : «Tu as raison.» Ne vous excusez jamais, ce serait lui donner du pouvoir. N'utilisez jamais l'humour pour désamorcer une querelle. Deux petits trucs supplémentaires : ressassez les mauvais souvenirs et rappelez à votre partenaire toutes les fois où il a gaffé.

Si tout va bien, vous serez en alerte rouge continuelle. Vous vous détacherez lentement et sûrement l'un de l'autre. Vos problèmes conjugaux deviendront insurmontables. Vous aurez l'impression qu'il est tout à fait inutile d'en parler à la «tête dure» qu'est devenu votre conjoint.

Tranquillement et sûrement, la solitude s'installera et vous arriverez à mener des vies parallèles. Pour vous aider à endurer tout ça, cherchez des compensations ailleurs ou entretenez vos illusions avec un nouvel amant ou amante. Ne consultez surtout pas un psychologue, vous êtes sur la bonne voie : votre couple court à sa perte, à court ou moyen terme. Ce serait dommage d'avoir fait tout ce boucan pour démissionner à la dernière minute et risquer de sauver votre couple à cause d'un intervenant qui aurait le goût et l'expertise pour vous aider.

Pour créer un véritable enfer, devenez manipulateur et retenez votre partenaire par la jalousie (Tu m’appartiens et tu n'as pas le droit d'exister en dehors de moi), par le chantage (Tu agis comme je le veux, sinon je te quitte), par la faiblesse (Si tu me quittes, je me suicide), par la servitude (Je te suis tellement utile que tu ne pourras jamais me quitter) ou par la culpabilité (Tout est de ta faute si ça ne marche pas entre nous). Ne quittez jamais de telles personnes, car vous possédez, avec elles, une garantie de malheur… à vie.

À moins que…

Évidemment, si vous changez d'idée et décidez de réussir votre vie de couple, vous devrez utiliser les stratégies inverses de celles qui sont décrites ci-dessus et modifiez vos croyances en conséquence.

Ce ne sera certes pas facile : vous devrez faire des efforts, apprendre à être tolérant, accepter votre partenaire tel qu'il est, vous rappeler les bons souvenirs, vous faire des compliments, cultiver l'estime réciproque, évoluer dans la même direction, vous regarder, accepter de vous faire influencer par votre partenaire, résoudre les conflits solubles, accepter les désaccords permanents et prendre la totale responsabilité de votre vie. Si vous avez été capable d'apprendre à être malheureux, cela prouve une chose : vous êtes capable d'apprendre. Vous pourriez donc apprendre à être heureux.



http://www.cyberpresse.ca/apps/pbcs.dll/article?AID=/20060523/CPSOLEIL/60523055/5287/CPOPINIONS&template=printart&print=1



Jacques

  • *****
  • Néophyte
  • Messages: 29
Symétrique à l'excès, le concept de "lutte pour le pouvoir" d'Yvon Dallaire
* Réponse #1 le: 07 septembre 2006, 01:34:55 *
* Modifié: 07 septembre 2006, 02:04:28 par Jacques *
Symétrique à l'excès, le concept de stade de la "lutte pour le pouvoir", cher à Yvon Dallaire. Exactement comme est excessivement symétrique, neutre et individualiste, le concept d'"estime de soi" cher à André et Lelord.

Ainsi, il ne vous permet pas d'explorer les ruses et les recoins de la perversité en famille.

Il est indispensable de distinguer entre la lutte pour avoir le pouvoir sur l'autre, et la lutte pour récupérer le pouvoir d'être soi-même, le pouvoir d'empriser, et le pouvoir de résister à l'emprise.

De même que Lelord et André passent à l'as la lutte pour écrabouiller et détruire l'autre, qu'il s'agisse d'un enfant indésirable et à éliminer, ou d'un conjoint qui a cessé de plaire.

La chronologie de Dallaire est simpliste aussi, et ne fait aucune place aux transmissions générationnelles ni à leurs pathologies : d'abord l'éblouissement hormonal, puis la lutte pour le pouvoir, et dans 20% des cas, dépassement de cette lutte pour atteindre un stade de coopération et de tolérance. Et selon lui, ça y est, tout est dit.

Un(e) enfant qui a grandi dans l'exemple de la lutte à mort pour la suprématie dans le couple parental, demeure souvent dans l'incapacité d'imaginer un autre mode relationnel. Plus grave encore, une mère peut recruter sa bru, afin de reprendre la lutte à mort contre on fils, à défaut d'avoir pu la poursuivre davantage contre son mari. Respectivement : recruter son gendre, pour reprendre la lutte à mort contre sa fille. Pour se venger de n'avoir  pas réussi à maintenir l'emprise incestuelle totale sur le dit fils ou ladite fille...

Et je ne vous raconte pas la répression et les représailles qui s'abattent sur celui qui découvre à haute voix de telles perversités familiales...

Les aspects générationnels sont balayés des articles de Dallaire : Dallaire n'est thérapeute que du couple, pas de la famille. Et ses couples lévitent dans du rien, sans comparses qui interfèrent, qui recrutent des coalitions contre tel ou tel. La réalité est bien plus lourde que cela.

Jacques

  • *****
  • Néophyte
  • Messages: 29
Bien narcissique et commerciale, avec culte de la personnalité...
* Réponse #2 le: 11 septembre 2006, 03:54:02 *
* Modifié: 22 mars 2010, 08:45:20 par Jacques *
Je comprends mieux maintenant pourquoi c'est si superficiel, ces analyses.

Voici le courriel que je viens de recevoir :
Citation
Bonjour à tous et à toutes,

Pour connaître tous les détails de la prochaine tournée européenne du psychologue Yvon Dallaire, auteur de "Qui sont ces couples heureux ?" visitez son site à http://www.optionsante.com/yd_activites.php?lieu=Europe

Vous pouvez aussi entendre les propos du psychologue sur les relations homme-femme tous les jours du lundi au vendredi, de 13h30 à 15h (19h30 à 21h, heure de Paris), à l'émission "Analyse-moi ça !" au FM 93,3 de Québec ou sur Internet à http://www.le933.com./emissions/4/analyse-moi-ca.html.

Pour prendre rendez-vous avec M. Yvon Dallaire, contactez-moi.

Bonne journée,

Caroline Bédard, agente de presse
carolinebedard@optionsante.com
http://www.optionsante.com
675, Marguerite Bourgeoys
Quebec (Quebec) Canada G1S 3V8
(418) 687-0245


Et c'est vrai que la page principale de son site est fort narcissique et commerciale. Jugez vous-mêmes :
http://www.optionsante.com/yd_activites.php?lieu=Europe
Citation
Séances de dédicaces et rencontres avec l'auteur
Dates   14-17 septembre 2006
Lieu   La Foire du livre sur la place, Nancy, France
Informations   Foire du livre sur la place de Nancy.
Contact : Fabienne Removille, Librairie La Queste, 1bis Gustave Simon, 54000 Nancy, 03 83 30 23 69 Fax : 03 82 32 98 66, queste@wanadoo.fr, membre du réseau de librairies ALEF www.alef-librairies.com
   Conférence : Qui sont ces couples heureux ? Surmonter les crises et les conflits du couple
Dates   Lundi, 18 septembre, 20h
Lieu   La Convi, rue de Wergifosse, 22B, 4630 Soumagne, Belgique
Informations   Gabrielle Baiverlin, laconvi@skynet.be, 04.377.52.44
   Conférence-débat sur le thème : Qui sont ces couples heureux ?
Dates   Mardi, 19 septembre à 20 h
Lieu   11, rue Joseph Saintraint, 5000 Namur
(à 200 mètres de la Cathédrale St-Aubain)
Informations   Inscription obligatoire avant le 11 septembre auprès d'Armelle ou Michel Oldenhove michel.oldenhove@skynet.be ou 0476 96 40 40
Il y aura une légère collation après la conférence-débat
   Entrevue : Qui sont ces couples heureux ?
Dates   Mercredi, le 20 septembre 2006, de 10h à 11h30
Lieu   Animatrice : Alfonsa Salamone
Émission : Tout autre chose
RTBF Bruxelles
Informations   Catherine, 02/737.46.47 ou catherine.sorel@rtbf.be
http://www.lapremiere.be
   Conférence : Qui sont ces couples heureux ?
Dates   Mardi, 26 septembre, 20h
Lieu   Au cinéma Novelty (rue de Tournai à Leuze-en-Hainaut)
Informations   Conférence organisée par l'association L'Accordance
Hervé Dubois, 0497 62 73 42
duboisherve@skynet.be
   Conférence : Qui sont ces couples heureux ?
Dates   Mercredi, 27 septembre, 20h à 22h
Lieu   Atelier Art et Danse Creation
à 1636 Broc (à 2mn de Bulle), Suisse.
Informations   Contact : David Devaud, +41 (0)79 326 38 02, daviddevaud@hotmail.com,

Résumé : Les couples heureux sont de plus en plus observés par les psychologues à la recherche d’éléments ou de dynamiques qui les distinguent des couples qui divorcent. Yvon Dallaire vous révèlera, lors de cette conférence, les résultats des principales études faites sur les couples heureux et quelques-unes de leurs stratégies.
   Conférence : Qui sont ces couples heureux ?
Dates   Jeudi, 28 septembre, 20h à 22h
Lieu   Porrentruy, Local des pompiers, Rue Fontenais, 27, Suisse
Informations   Marie-Christine Jubin, + 0324. 466.27.34 ou 079.475.45.55 jubin_guy@hotmailc.com
   Conférences, séances de dédicaces et rencontres avec l'auteur
Dates   29 septembre-1er octobre 2006 : séances de signatures
Lieu   Salon Mieux-Vivre, PolyExpo
La-Chaux-de-Fonds, Suisse
Informations   André Dunand, 41 79 366 3884, accueil@mieux-vivre.ch
Horaire des conférences : http://www.mieux-vivre.ch


   Conférence : Mythes, illusions et fausses croyances sur le couple
Dates   Samedi, 30 septembre à 15h50
Lieu   Salon Mieux-Vivre, PolyExpo
La-Chaux-de-Fonds, Suisse
Informations   André Dunand, 41 79 366 3884, accueil@mieux-vivre.ch
Horaire des conférences : http://www.mieux-vivre.ch
   Conférence : Les sept bases de l’harmonie conjugale
Dates   Dimanche, 1er octobre à 12h
Lieu   Salon Mieux-Vivre, PolyExpo
La-Chaux-de-Fonds, Suisse
Informations   André Dunand, 41 79 366 3884, accueil@mieux-vivre.ch
Horaire des conférences : http://www.mieux-vivre.ch
   Entrevue : Qui sont ces couples heureux ? par Brigitte Lahaie
Dates   Lundi, 2 octobre, 14h à 16h
Lieu   Émission Lahaie, l'amour et vous
Animatrice : Brigitte Lahaie
http://www.rmcinfo.fr/index.php?id=emissionlahaie
Radio RMC
Informations   Ariane Limozin, alimozin@rmcinfo.fr

   Communication : Pour que le sexe et la passion ne meurent pas...
Dates   23-24 novembre 2006, à l'occasion du Colloque franco-québécois de Mont-Evray, France, sous le thème de :
Le droit à l'intimité et à l'expression de la sexualité.
Lieu   Centre de Rencontre des Générations
Domaine de Mont-Evray
41600 Nouan Le Fuzelier, France
Informations   Mme Elvira Poline : 02.54.95.66.00 ou crg@petitsfreres.asso.fr
Ce colloque s’adresse aux professionnels, bénévoles ou familles intervenant auprès de personnes âgées ou pour la rencontre des générations.
   Conférence : L'amour rime-t-il avec toujours ?
Dates   Jeudi, 30 novembre, 20h
Lieu   Centre 77, Rue de la Station 75-77, 7060 Soignies, Belgique
Informations   Marie J. Verhulst, 067 33 60 85, info@centre77.org
   Tournée de conférences en Bretagne sur le thème des relations homme - femme au travail
Dates   25-29 novembre
Lieu   Différentes villes de la Bretagne
Informations   Laurent Leduc, LDC Conseil Formation,
57, avenue du Président Wilson
56 000 Vannes .
Tél./Fax : 02 97 47 27 42. Mobile 06 10 66 27 01.
infos@seminaires.fr, http://www.ldc-conseil.fr
   Atelier : Qui sont ces couples heureux ?
Dates   02-03 décembre 2006, 09h30 à 12h30 et 14h à 17h
Lieu   Centre 77, Rue de la Station 75-77, 7060 Soignies, Belgique
Informations   Marie J. Verhulst, 067 33 60 85, info@centre77.org
Pour plus d'informations sur l'atelier : http://www.optionsante.com/yd_ateliers_des.php

   Signatures : Foire du livre de Bruxelles
Dates   Du 28 février au 4 mars 2007
Lieu   Tour & Taxis,
Avenue du Port, 86
1000 BruxellesBruxelles, Belgique
Informations   Informations Sarah Olivier, Diffusion Vander, fa580376@skynet.be , 02.761.12.14 www.foiredulivre.com
   Conférence : Mythes, illusions et fausses croyances sur le couple
Dates   Lundi le 5 mars à 20h
Lieu   Salle de l'Escale de la piscine de Verviers
Informations   Anne-Marie Goblet et François Molina, 00 32 (0) 87  22 97 87 ou info@espace-equilibre.com
   Conférence : Les sept bases de l’harmonie conjugale
Dates   Mardi, le 6 mars 2007 à 20h
Lieu   Centre Social Italien de Rocourt (Liège)
Informations   Anne-Marie Goblet et François Molina, 00 32 (0) 87  22 97 87 ou info@espace-equilibre.com
   Conférence : Qui sont ces couples heureux ?
Dates   jeudi, 8 mars, 20h
Lieu   Centre 77, Rue de la Station 75-77, 7060 Soignies, Belgique
Informations   Marie J. Verhulst, 067 33 60 85, info@centre77.org
   Atelier : Qui sont ces couples heureux ?
Dates   10-11 mars, 9h30 à 12h30 et 14h à 17h
Lieu   Centre 77, Rue de la Station 75-77, 7060 Soignies, Belgique
Informations   Marie J. Verhulst, 067 33 60 85, info@centre77.org
Pour plus d'informations sur l'atelier : http://www.optionsante.com/yd_ateliers_des.php
   Séances de signature au Mednat Expo de Lausanne
Dates   Du mercredi 28 mars au dimanche 1er avril 2007
Lieu   Mednat Expo de Lausanne
Centre de Congrès et d'Expositions
Avenue des Bergières 10
Case postale 89
CH-1000 Lausanne 22
Informations   Pour l'horaire, consulter le programme à http://www.mednatexpo.ch/
Tél. +41 (0) 21 643 21 11 Fax +41 (0) 21 643 37 11


Moi, j'ai dit narcissique ? Oh non non non, je n'ai rien dit du tout !

D'ailleurs : "Sous la géniale direction du camarade Mao, le parti communiste chinois a su éviter tous les pièges du culte de la personnalité !" ...
Alors !

Jacques

  • *****
  • Néophyte
  • Messages: 29
Zéro références, en tout cas dans aucun article grand public...
* Réponse #3 le: 11 septembre 2006, 05:29:21 *
Autre détail qui intrigue et qui alerte :
Zéro références, en tout cas dans aucun article grand public...
Mais y a-t-il des articles dans des revues scientifiques, des articles dirigés vers des pairs, vers des gens capables de vous lire et de vous critiquer d'égal à égal ? Ou seulement des articles vers le grand public, vers des gens qui demeuront techniquement dominés par le grand gourou ?

Cette fois, je suis sérieusement alerté.

Voilà un homme qui a inventé la science psychologique à lui tout seul.

Une expérience pour en avoir le coeur net : mettre YD au défi de répondre publiquement sur ce point, sur un quelconque lieu neutre, voire ici même, de défendre sa manière d'écrire sans donner aucune référence externe, sans payer aucune dette envers les psychologues qui l'ont précédé - et ils sont nombreux.

S'il le fait, je suis prêt à m'excuser.
Tandis que si son réflexe est de nous interdire de poser publiquement ces questions, alors nous saurons que nous avons affaire à une dangereuse dérive narcissique.

Voilà, l'expérience est lancée. Une épreuve de réalité va trancher.

Jacques

  • *****
  • Néophyte
  • Messages: 29
Les maladies du déni de l'expérience amoureuse
* Réponse #4 le: 25 septembre 2006, 05:16:12 *
* Modifié: 22 mars 2010, 08:46:55 par Jacques *
Les maladies du déni de l'expérience amoureuse

On a déjà observé que si une relation n'implique aucun changement dans les valeurs, les croyances et les habitudes, alors on peut douter que ce soit une relation amoureuse. On peut spéculer ou envisager que c'est une caractéristique de facilitation de l'évolution individuelle, qui a été sélectionnée au cours de l'hominisation, comme facteur d'adaptation à des environnements et des circonstances changeantes.

Le problème se pose lors du désamour : que deviennent les changements opérés durant la période amoureuse ?
Si la personne était déjà narcissique et soupçonneuse avant cette expérience amoureuse, le risque principal est qu'elle revienne d'autant plus fort à ses travers antérieurs. Du coup les changements désavoués deviennent tout soudain des inavouables à se cacher, et à cacher au monde entier.
Tiens, mais c'est là un événement typiquement déclenchant de paranoïa : avoir de l'inavouable à se cacher, et à cacher au restant du monde !

Innombrables sont les récits de la fourberie et de la volonté de nuire d'une divorçante, moins souvent d'un divorçant, envers son ancien conjoint. Les maladies du divorce sont typiquement perverses et paranoïaques. L'ennui à l'échelle de la nation entière, est que ces maladies du divorce sont fortement encouragées par les auxiliaires d'injustice, qui y trouvent une source de profits colossaux, et presque jamais sanctionnées par l'administration judiciaire, voire récompensées si la magistrate est elle aussi partie prenante de la même perversité,et de la même addiction à la fraude et à la guerre sexiste.

Bien avant le divorce, se posent les problèmes
1 - de l'astabilité à court terme, à l'intérieur d'une relation plus durable. La personne bascule de l'amour à la haine sur un court terme, par frousse d'avoir changé d'un iota dans la relation. Puis se raccommode par dépendance envers le soutien par le partenaire ou la relation, puis rebascule dans l'hostilité et le harcèlement dès que la relation amoureuse est rétablie : l'amour et la paix lui font trop peur. Et le cycle se répète périodiquement, harassant le partenaire.
2 – du caractère fugace de la relation amoureuse, ne pouvant durer que le temps que la minuterie de retour à l'état stable de haine généralisée, n'a pas encore déclenché.

Indépendamment des traumatismes propres transportés par la personne depuis son enfance, se pose la question de la culture familiale: l'exemple donné par les parents était-il celui de la lutte à mort pour le pouvoir ? Voire pour le pouvoir de détruire l'autre ? Cette culture du quotidien de gestes de haine a-t-elle été contrée par des contre-exemples externes qui fassent le poids ?


Jacques

  • *****
  • Néophyte
  • Messages: 29
Savoir brûler ses vaisseaux. Par amour.
* Réponse #5 le: 12 octobre 2006, 12:42:55 *
* Modifié: 17 février 2007, 08:29:40 par Jacques *
Savoir brûler ses vaisseaux. Par amour.

Les deux récits qui suivent sont de Milton H. Erickson, recueillis par Jay Haley.

La fille dévergondée qui tombe amoureuse.

Une fille peu sérieuse rencontre un jour un garçon sympathique. Elle sort avec lui et en tombe amoureuse. Elle refuse absolument de coucher avec lui. Son ancien partenaire vient faire un tour le soir, à l’heure habituelle, et trouve la porte fermée à clef. A travers la porte, elle lui dit : « Va-t’en, je ne veux plus te voir. » Et elle dit la même chose à tous ses amis. Elle est sortie deux fois avec ce gentil garçon et en est amoureuse. Elle n’a pas couché avec lui. Elle espère seulement, espère, espère. Elle continue à sortir avec lui. Assez vite, il se met à l’aimer aussi. Vous devinez que leur mariage va réussir. Elle coupe les autres liens. Elle cesse d’être une fille facile. Elle achète un verrou, et le pose sur sa porte. Elle est sortie deux fois avec ce garçon sympathique. Il lui fait des propositions mais elle le repousse doucement, très gentiment. Elle ne sait pas, elle se méfie d’elle-même, met ce verrou, elle parle à travers la porte fermée. Elle ne prend plus aucun risque et est prête à tous les efforts nécessaires. Elle inspecte sa garde-robe. Voyons, Bill aime cette robe, Dick aime celle-ci, Harry cette autre, Gerald préfère celle-là - elles peuvent toutes aller à la poubelle. Elle le fait à contrecoeur car elle aime ses robes. Puis elle commence à ouvrir son placard et elle enlève ce souvenir et cet autre souvenir. Elle fait place nette dans la maison. Je crois que là, on peut prédire un réel succès.

Je pense à Marie, une prostituée presque professionnelle. C’est ainsi qu’elle gagnait sa vie. Elle aimait les choses achetées avec l’argent des hommes. Puis elle rencontre Donald. Marie vient me voir et me raconte sa vie passée. Elle vivait dans l’appartement d’un homme dont elle était la maîtresse et s’éclipsait pour rejoindre d’autres amis dans leurs garçonnières. Puis elle a rencontré Donald et elle est terriblement attirée par lui. Alors elle cherche un emploi, elle loue un appartement bon marché et s’y installe. Elle abandonne son étole de vison et se débarrasse de tout. Elle me dit : « Je ne sais même pas si je reverrai Donald, mais c’est lui que je veux. » Je n’ai eu aucun conseil à lui donner. Elle a réagi intuitivement en coupant avec son passé. Avant de se décider à épouser Donald, elle a voulu savoir s’il souhaitait ou non avoir des enfants. Elle a soulevé la question d’une éventuelle stérilité chez elle ou chez lui. Un couple qui se marie dans l’enthousiasme ne sait pas ce que l’avenir lui réserve. Elle a découvert qu’il voulait bien l’épouser et acceptait l’idée que l’un des deux soit stérile. Ils ont maintenant deux enfants, mais leur attitude avant le mariage montre avec quel sérieux ils ont envisagé leur union.


Extrait de « Changer les couples. Entretiens avec Milton H. Erickson », par Jay Haley, éditions ESF. Titre original, Conversations with Milton H. Erickson (3 volumes). Triangle Press 1985.

Je n’ai évidemment aucun passé dévergondé à gommer... Mais ces deux passages me touchent encore plus que d’habitude.
Pourquoi ?

En fait, quand le 18 août 1997 je précisais que ma mère et mon épouse étaient sur la même iso-émotionnelle concernant "son fils", c'est à dire concernant moi-même, j'avais peu explicité quoi :
Toutes deux passaient le restant de leur vie à se venger d'avoir été amoureuse de leur futur mari, il y a longtemps. Toutes deux dans une problématique narcissique et vaniteuse, ne songeaient qu'à consolider leur suprématie sur tout le territoire, et à éradiquer tout adulte pouvant gêner ou concurrencer cette suprématie. Ma mère utilisait déjà, et a continué depuis, à utiliser sa bru pour mieux abattre son fils. Perpétuellement engagée dans un couple mère-fille pour la toute-puissance, Madame Mère a toujours vécu dans une problématique incestuelle, mais centrée sur le sadisme et non sur d'autres voluptés.

Or, si l'on regarde la prescription unique finalement donnée par les thérapeutes famillaux milanais de l'école de Mara Selvini Palazzoli, pour refonder le couple parental comme génération distincte, bien séparée de celle des beaux-parents, et de celle de leurs enfants, on est amenés à conclure que le bouleversement de valeurs et de convictions apporté par l'expérience amoureuse, est non seulement la norme de l'espèce humaine, mais est une nécessité vitale pour la fondation et la pérennité d'une famille.

Ma mère n'avait pas un bien grand amour filial pour sa mère, mais elle avait absolument besoin de cette alliance pour mener la guérilla contre son mari. Elle m'a utilisé de même contre lui. Pour se venger de ne toujours pas être femme de ministre... Enfin quoi, c'est un scandale ! Marie-Laure est femme de ministre, et pas moi ! Pourquoi Georges trainaille-t-il dans l'opposition stérile à de Gaulle, au lieu d'être sagement ministrable comme n'importe quel ambitieux qui se respecte ?

Là dessus, le féminisme sert d'appoint de doctrine externe pour perpétuer l'incestualité mère-fille, et pour interdire aux femmes en âge de fonder famille, de constituer couple ferme et durable, pour les aider à rester indéfiniment collées à leurs mères, à demeurer dans la perpétuelle lutte pour le pouvoir et la suprématie dans le couple, jusqu'à extinction prématurée du couple, et rafle de tous les biens communautaires par la femme.

De mouvement de lutte contre les inégalités qu'il était à ses débuts, le féminisme est devenu criminalité organisée quand il a disposé de l'essentiel de l'appareil judiciaire, s'assurant l'impunité automatique pour tous ses brigandages conjugaux et familiaux. Comment en est-il arrivé là ? Il est de la dynamique presque inévitable de toutes les militances victimaires, que d'évoluer vers la paranoïa collective, que de sélectionner les aspirants bourreaux et bourrelles. Il faudrait une vigilance déontologique et éthique pour éviter cette dérive, et il n'y en a jamais eu en féminisme.

C'est bien parce que nous avons subi dans notre chair cette dérive mafieuse, que nous avons fini par rédiger ce code de déontologie familiale.