Auteur Lu 6069 fois

Jacques

  • *****
  • Néophyte
  • Messages: 29
Une prescription thérapeutique uniforme.
* le: 10 juillet 2008, 11:25:07 *
* Modifié: 10 juillet 2008, 11:31:13 par Jacques *
Je n'ai jamais très bien compris les raisons de la scission dans ce qu'on appelait l'école de Milan de psychothérapeutes familiaux. Les deux groupes d'auteurs sont demeurés des auteurs très intéressants, après scission : Mara Selvini-Palazzoli et Giuliana Prata d'une part, Luigi Boscolo et Gianfranco Cecchin d'autre part.

Les deux premières ont déclaré vouloir se recentrer sur la recherche et la méthode scientifique. Elles ont annoncé les premiers résultats de leur choix, donner une première prescription uniforme à toutes les familles qui les consultent, et ne réagir différentiellement qu'après les résultats, changements ou échecs, constatés sur cette première expérimentation.

Cette prescription uniforme, donnée au couple de parents, hors de la présence ni des enfants, ni de quiconque de la famille élargie :
"Vous allez, deux fois dans le mois qui suit, faire à vos enfants la surprise d'une sortie inopinée, dont vous tiendrez secrets le lieu et le but, où vous ne vous consacrerez qu'à vous deux. Vous préparerez à vos enfants un approvisionnement et des instructions écrites, pour qu'ils se préparent à manger seuls, qu'ils fassent leurs devoirs, et se couchent avant votre retour."

Le but uniforme poursuivi là par Selvini-Palazzoli et Prata, était de refonder le couple sexuel de la génération intermédiaire, comme distinct de la génération précédente, dégagé des manigances de la génération précédente, distinct de leurs fonctions parentales, dégagé de l'intrication intergénérationnelle parfois pervertie et incestuelle.

Certains couples parentaux n'avaient plus jamais été seuls sans enfants une soirée, depuis plus de dix ans, et étaient paniqués de s'affronter seul à seul, sans le troupeau, sans les jeux de clans intergénérationnels. Certains se sont contentés de s'assoir dans leur voiture dans un parking sur un lieu touristique, et d'y manger des sandwitches.

Un autre but était de faire comprendre aux enfants, qu'ils étaient une génération distincte de leurs parents, et devaient s'organiser en fratrie, et de là conquérir peu à peu les compétences et micro-habiletés de leur autonomie.

Cette prescription uniforme est une illustration d'un proverbe de Bill O'Hanlon : tirer d'abord, viser après, instruit par la réaction au premier acte.

On ne se dissimulera pas que la possibilité d'une prescription uniforme, est aussi le résultat d'une sélection automatique par l'adressage : la totalité des familles consultant le centre privé et payant des milanaises, avaient des traits communs, qu'on ne trouve pas dans des familles disloquées, voire vaguement recomposées, et encore moins dans les familles monoparentales, voire chaotiques. Cette prescription uniforme répond à des traditions italiennes ancestrales, de familles-forteresses, dont l'héritage demeurait sensible à l'époque où ces livres furent écrits, et leur matière expérimentée.