Auteur Lu 15396 fois

Jacques

  • *****
  • Néophyte
  • Messages: 29
Déportation et camps d'extermination : leur rêve avoué. Qui prétendra encore que les féminazi(e)s ne sont pas des malades mentaux ?

Citation de: MONEDI
Raymond   M O N E D I
 E. Mail :
r.monedi@orange.fr                                          Site :
www.cerclepep.com
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


Les HOMMES MALADES du STRESS

Un mal qui répand la terreur
Un mal-être que le Ciel, par erreur,
Inventa pour le plaisir des grands Patrons de la terre,
Le STRESS, (puisqu’il faut l’appeler par son nom),
Capable d’enrichir les plus cupides maquignons,
Faisait aux Salariés, une sale guerre.

Ils ne se suicidaient pas tous, mais tous  en étaient frappés :
On n’en voyait plus beaucoup de vraiment motivés
A participer aux objectifs de leurs entreprises.
Ni les ouvriers, ni les cadres ne s’impliquaient plus ;
Même l’appât des primes et des ‘heures sup.’ n’étaient de mise,
Même, le fameux « Travaillez plus, pour gagner plus »,
D’émanation Présidentielle, ne séduisait les Camarades.
Nul doute, nos Travailleurs étaient vraiment malades !

L’entrée du ‘downsizing’* dans les Entreprises et les Administrations,
C’est la descente aux enfers dans les Sociétés
Des frais généraux et des effectifs, ..... tragiques réductions
Seules comptent, productivité, compétitivité et rentabilité !
De la pression qui en découle, tu jaillis mortelle détresse !
Fi des Valeurs Humaines, ton ombre est le Stress !
Et de suicides en suicides, le travail est l’hécatombe
Bientôt le futur de l’Homme, sera sa tombe !

Un ‘grand Patron’ tint conseil, et dit : « Mes chers amis,
Je crois que par sa justice divine, le Ciel nous punit
De tous nos péchés et de notre âpreté à faire fortune !
Il serait peut-être bon, que le plus coupable d’entre nous,
Se sacrifia, pour étancher les traits du céleste courroux ;
Peut-être obtiendrions-nous ainsi, une guérison commune !
Pour une fois, soyonshonnête, disons sans indulgence
L’état profond de notre conscience.

Pour moi, j’avoue que pour gonfler bénéfices et profits,
J’ai certainement trop harcelé  mon Personnel
Au point que certains, de leur vie, en ont payé le prix.
Mais savais-je, que le Travail en overdose, était mortel ?
Néanmoins, je me dévouerai s’il le faut, mais il est bon
Que chacun ici, s’accuse de ses défauts de Patron ;
Afin qu’en toute justice,
le plus coupable d’entre nous, périsse.

Mais Président, dit un flatteur, vous êtes bien trop honnête ;
Vos scrupules, font voir l’Homme juste que vous êtes !
Est-ce un grand péché, de décompter quelques Suicidés,
Quand notre nouvel adage « Travailler plus », l’a décidé ?
Peut-être même, que ces Gens ont été ‘Fiers’ d’être ‘morts,
Pour que brille « toujours plus »,   notre ‘Veau d’Or’.
Ainsi dit le flagorneur, et tous d’applaudir !
Et, aucun n’osa trop approfondir.

De Renault, ni de Peugeot, ni d’EDF et autre FranceTélécom,
Ne révélèrent d’impardonnables offenses.
Tous ces vils exploiteurs, de la sueur des Hommes,
Tous ces profiteurs n’ayant que l’argent, pour desseins
Au dire de chacun, étaient de petits saints.
Un Artisan gêné, vint à son tour, et dit : j’ai souvenance
Un soir, d’avoir ‘obligé’ un Salarié à travailler
Deux heures de plus, pour terminer une commande,
Alors que sa Femme devait accoucher !
Qu’avais-je à le forcer ainsi ? Je vous le demande.
Là, j’ai été aussi têtu qu’un âne ! Que n’ai-je de regrets.
A ces mots, on cria haro sur le baudet !

Un PDG véreux, comme le sont tous, au CAC quarante
Vint à la barre et prouva par sa harangue,
Qu’il fallait trucider ce mauvais petit mitron,
Ce pelé, ce galeux, d’où venaient tous leurs problèmes.
Et sa peccadille, ne justifiant d’aucun pardon,
D’une seule voix, tout le MEDEF lui jeta l’anathème
Rien que la sentence suprême, était seule capable
D’enrayer la « mode » de tous ces suicides abominables !

Selon que vous serez un Patron, puissant ....ou, misérable,
La Justice vous déclarera : acquitté ......  ou, coupable !


                                                     Raymond MONEDI
                                                    Octobre  2009


* ‘Downsizing’. Terme provenant de l’Anglais,  (1987),  peut se
traduire par « réduire la taille ». Mot utilisé pour la Réduction des
dimensions des voitures, par les Industriels.
C’est aussi un type de ‘restructuration’, ou de ‘réorganisation’,
synonyme de ‘dégraissage’, qui a pour but de rationaliser et de
rétrécir la structure organisationnelle des Entreprises, en
réduisant : les Effectifs, les frais généraux et les échelons
hiérarchiques.

Citation de: titeuf <titeuf@lunarismail.info>
On 16 oct, 15:16, MONEDI <r.mon...@orange.fr> wrote:

>> Raymond   M O N E D I
>>  E. Mail :
>> r.mon...@orange.fr                                          Site :www.cerclepep.com
>> °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
>> °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
>>
>> Les HOMMES MALADES du STRESS



et les femmes, alors! j'te dis pas.

Citation de: Jacques
titeuf a écrit :

> On 16 oct, 15:16, MONEDI <r.mon...@orange.fr> wrote:
>
>> Raymond   M O N E D I
>> E. Mail :
>> r.mon...@orange.fr                                          Site :www.cerclepep.com
>> °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
>> °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
>>
>> Les HOMMES MALADES du STRESS
>
>
>
>
> et les femmes, alors! j'te dis pas.


D'où la solution :

Pour la délocalisation des pères devenus inutiles.

Pour les pères devenus inutiles, le coût de l’entretien de ces travailleurs est devenu intolérable, et cela grève excessivement la rançon qu’il nous versent après avoir été bannis du domicile familial.
Ils doivent payer des loyers excessifs, achètent une nourriture trop chère, dépensent trop de voyages pour tenter de voir leurs enfants et pour se rendre au Tribunal des affaires antifamiliales,
et restent tentés par tous les derniers gadgets électroménagers qui devraient nous être réservés.

Notamment, ils accèdent encore à Internet, ce qui est intolérable.

Nous proposons donc une solution en deux temps :
Le premier temps est provisoire, le temps qu’ils restent capables de travailler au moins seize heures par jour.
Le second temps est définitif et final, quand ils ne sont même plus capables de travailler seize heures par jour.

Si vous le voulez bien, nous n’allons pas décrire en détail aujourd’hui les camps de travaux forcés qui rationaliseraient la première période de leur vie de bannis. Dès qu’ils ne sont plus nécessaires à la reproduction, dès qu’ils ont émis ce qu’il nous convient comme compte d’enfants, et laissé en banque de sperme des réserves pour nos changements d’avis ultérieurs, pour nos bébés de rechange au cas où les premiers exemplaires ne nous donneraient pas pleine satisfaction, les pères devenus inutiles seront saisis et emportés vers des camps de travail forcé. Ils y seront alors soustraits aux tentations de la vie moderne, ils ne pourront plus polluer l’esprit pur de nos enfants, ils pourront consacrer toutes leurs forces au travail, rien qu’au travail. Logés en dortoirs de 40 hommes ou 8 chevaux à deux cents mètres seulement de l’usine, nourris en cantine, ils mèneront une vie saine et rude, qui sera peu coûteuse, et améliorera considérablement leur taux d’exploi­tation. Le travail rend libre.

Les médecins qui les surveilleront tous les six mois pour contrôler leur état de marche, évalueront leur rendement. Lorsque la baisse sera sérieuse, les faisant passer en dessous de la norme mini­male, ils seront mis à la retraite d’office, et seront expédiés en camps de loisirs de retraités, en Mon­­golie Intérieure, là où la vie est la moins chère.

Nous allons vous présenter la vie riante du retraité selon notre formule :

Alors fous arrifez frais et dispos après fingt-gatre chours de foyage.
De la gare, vous vous rendez au fillache de retraite au pas gadencé.
Pas besoin de gamions : fingt guilomètres zeulement.
Au fillache, vous recefez un accueil chaleureux au bazooka,
Puis l’appel est fait sur l’AppelPlatz, et vous êtes dirigés vers vos baraguements.
Nous afons prévu de grands jeux d’exploration d’un des déserts les plus poétiques du monde.
Nos Chentilles Organisatrices vous embarguent tous dans des gamions qui partent dans toutes les diregzions, font cinq heures de route, puis vous chettent en bas de la benne. Gongours de fitesse pour rentrer au villache ! Cela fous donne une oggasion unique de foir de près les animaux les plus recherchés des fourreurs, tels que chacals dorés, onces ou léopards des neiges, und so fort... Cette oggasion restera à jamais unigue, du reste !
Zeux gui arrivent zont faingueurs. Ils ont droit à regommencer une deuxième fois. Mais tous les autres zont éliminés.

Fous faites aussi des gongours de fitesse pour creuser le sable. La première éguipe gui trouve de l’eau au fond de zon puits aura droit à boire deux fois par chour.

Le zoir, nous organisons aussi des cheux de zociété.
D’abord on tire à la gourte paille pour safoir gui,
Gui, gui, qui sera mangé
Ohé ohé !
Ensuite autour du méchoui qui rôtit,
Fous apprenez des chansons à la gloire du Nazional-féminism.
Guand la cuisson du malchanceux au cheu est parfaite, les surveillantes choisissent les meilleurs morceaux, puis ze retirent à l’abri des miradors, fous laissant fous battre pour fous nourrir des zavoureux restes.

A minuit, egztingtion des feux de choie. Fous tirez alors à la gourte paille pour safoir gui zera chargé d’inspegter les baraguements, chasser tous les zerpents trop fenimeux, les scorpions et araignées. Puis zommeil réparateur.

A zinq heures, la musique fous appelle à une nouvelle chournée de choie et de découverte de la nature, qui commence par un appel sur l’AppelPlatz.

Et z’est comme cela tous les chours au glub SOS-Sexism. En abrégé le glub SS.

Foilà gomment se déroulera votre retraite heureuse, délocalisée en Mongolie.

Pour zeux gui préfèrent les zports nautiques, nous organisons auzzi des retraites zur des plates-formes pétrolières désaffectées. La vie sera zaine et égologique : vous vous nourrissez du poisson que vous pêchez, et vous vous habillez de peaux de bêtes.
Guand le temps permet à la gabarre d’accoster la plate-forme, nous organisons une grande randonnée marine. La gabarre vous emmène à touze milles au loin de la plate-forme, puis on fous balance tous à la mer ! Gongours de fitesse pour rentrer !
Zeux gui arrivent zont faingueurs. Ils ont droit à regommencer une deuxième fois. Mais tous les autres zont éliminés.


Ze zera la zolution finale au problème démographique : nous zommes trop de deux zexes sur cette planète.
_________________
Les morts ne témoignent pas. Pour l’instant, moi si.

--
Les morts ne témoignent pas. Pour l’instant, moi si.
http://jacques.lavau.perso.sfr.fr/mission_parricide/Cadre_legal_de_la_maltraitance_familiale_sournoise.htm#mozTocId794076

Citation de: titeuf <titeuf@lunarismail.info>
On 17 oct, 12:35, jc_lavau <admi...@caton-SPAMcenseur.NOorgSPAM>
wrote:

>> titeuf a écrit :
>
>>> > On 16 oct, 15:16, MONEDI <r.mon...@orange.fr> wrote:
>>
>>>> >>Raymond   M O N E D I
>>>> >> E. Mail :
>>>> >>r.mon...@orange.fr                                          Site :www.cerclepep.com
>>>> >>°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
>>>> >>°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
>>>> >>Les HOMMES MALADES du STRESS
>>
>>> > et les femmes, alors! j'te dis pas.
>
>> D'où la solution :
>> Pour la délocalisation des pères devenus inutiles.




et surtout une bonne délocalisation des machos.




>> Les morts ne témoignent pas. Pour l’instant, moi si.



pouvu que ce ne soit qu'un instant comme tu dis.

Citation de: Titeuf
On 17 oct, 12:35, jc_lavau <admi...@caton-SPAMcenseur.NOorgSPAM>
wrote:

>> titeuf a écrit :
>>
>
>>> > On 16 oct, 15:16, MONEDI <r.mon...@orange.fr> wrote:
>
>>
>
>>>> >>Raymond   M O N E D I
>>>> >> E. Mail :
>>>> >>r.mon...@orange.fr                                          Site :www.cerclepep.com
>>>> >>°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
>>>> >>°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
>
>>
>
>>>> >>Les HOMMES MALADES du STRESS
>
>>
>
>>> > et les femmes, alors! j'te dis pas.
>
>>
>> D'où la solution :
>>
>> Pour la délocalisation des pères devenus inutiles.
>> ... ... ...
>> Ze zera la zolution finale au problème démographique : nous zommes trop
>> de deux zexes sur cette planète.



pas de problème, dès que la pathénogénèse aura fait des progrès (dans
100 ans, dans 1000 ans, peu importe, suffit de donner du temps au
temps), alors plus besoin de mâles et l'avantage c'est que l'enfant
issu de ce processus est systématiquement une fille.




>>...
>> Les morts ne témoignent pas. Pour l’instant, moi si.



pouvu que ce ne soit qu'un instant comme tu dis.

Citation de: Jacques
titeuf a écrit :

> On 17 oct, 12:35, jc_lavau <admi...@caton-SPAMcenseur.NOorgSPAM>
> wrote:
>
>> titeuf a écrit :
>>
>>
>>> On 16 oct, 15:16, MONEDI <r.mon...@orange.fr> wrote:
>>
>>
>>>> Raymond   M O N E D I
>>>> E. Mail :
>>>> r.mon...@orange.fr                                          Site :www.cerclepep.com
>>>> °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
>>>> °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
>>
>>
>>>> Les HOMMES MALADES du STRESS
>>
>>
>>> et les femmes, alors! j'te dis pas.
>>
>>
>> D'où la solution :
>>
>> Pour la délocalisation des pères devenus inutiles.
>> ... ... ...
>> Ze zera la zolution finale au problème démographique : nous zommes trop
>> de deux zexes sur cette planète.
>
>
>
>
> pas de problème, dès que la pathénogénèse aura fait des progrès (dans
> 100 ans, dans 1000 ans, peu importe, suffit de donner du temps au
> temps), alors plus besoin de mâles et l'avantage c'est que l'enfant
> issu de ce processus est systématiquement une fille.
>
>
>
>
>> ...
>> Les morts ne témoignent pas. Pour l’instant, moi si.
>
>
>
>
> pouvu que ce ne soit qu'un instant comme tu dis.


Toutes les féminazies sont du même avis que toi.
Recueil là :
http://jacques.lavau.perso.sfr.fr/disputatio/viewtopic.php?id=7
Autre féminisier là :
http://deonto-famille.info/index.php?topic=29.0
Etc...

--
Je suis las d'assurer un service public d'éducation, qui me vaut tant
de coups de surin par les voyous du Net.
http://jacques.lavau.perso.sfr.fr/Quantique_pour_les_nuls.html
http://quantic.deonto-ethics.org

Citation de: titeuf <titeuf@lunarismail.info>
On 21 oct, 14:47, jc_lavau <admi...@caton-SPAMcenseur.NOorgSPAM>
wrote:

>> titeuf a écrit :
>
>>> > pas de problème, dès que la pathénogénèse aura fait des progrès (dans
>>> > 100 ans, dans 1000 ans, peu importe, suffit de donner du temps au
>>> > temps), alors plus besoin de mâles et l'avantage c'est que l'enfant
>>> > issu de ce processus est systématiquement une fille.


>> Toutes les féminazies sont du même avis que toi.


le nazisme a été inventé par un homme pas par une femme.



>> Recueil là :http://jacques.lavau.perso.sfr.fr/disputatio/viewtopic.php?id=7
>> Autre féminisier là :http://deonto-famille.info/index.php?topic=29.0
>> Etc...


et alors? quand les hommes n'existeront plus beaucoup de problèmes
seront résolus, c'est le principal.

Ce dernier message a été répété trois fois, son précédent deux fois seulement.

Et il y a toujours des propagandistes pour nous soutenir que les féminazi(e)s ne sont pas des malades mentaux...