* * *
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.
Avez-vous perdu votre e-mail d'activation ?
août 19, 2017, 07:40:13 am

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

5 Invités, 0 Membres

Auteur Sujet: Et toi ? Tu as obtenu combien de suicides ce mois-ci ?  (Lu 4320 fois)

Jacques

  • Administrateur
  • Néophyte
  • *****
  • Messages: 29
    • E-mail
Et toi ? Tu as obtenu combien de suicides ce mois-ci ?
« le: décembre 29, 2008, 08:28:03 pm »
La forme, je l'ai empruntée au dessinateur humoriste, qui au temps de mes douze ou treize ans, dessinait deux chiens en tranquille conversation, devant un horizon rempli de cris "Médor ! Médor ! Médor ! Médor ! Médor ! Médor ! ..."
Tranquilles, les chiens : "Et toi ? Tu laisses ton maître t'appeler combien de fois avant de répondre ?".

Voilà pour la forme.
Pour le fond, il existe une rumeur persistante, selon laquelle plusieurs juges parisiens ont ouvert un concours à qui obtiendra le plus de suicides d'innocents.

C'est cette rumeur, que nous nous proposons d'évaluer.

Comparons à d'autres concours non moins délirants, et à d'autres vantardises sans fondement.

"En Mousquetaire, on avait force 5, et j'étais en train de niquer une fille, et elle me dit
- J'ai le mal de mer !
- Ah bin ! Si c'est tout l'effet que ça te fait !
"
Il était drôle et plein d'entrain, cet ex-moniteur UNF passé au Club Med. Il nous avait enfourné à cinq (voire 6 ?) dans sa deudeuche, et nous avait emmené à une crêperie vers l'entrée de Quimper, au bord de l'Odet, pour fêter ces retrouvailles avec des anciens. Justement l'ancien, Yves le quimpérois, nous prend à part à la sortie de la crêperie, et à mi-voix, nous précise "Tout ce qu'il raconte, tu divises tout par trois !".
Hé oui, juste un peu vantard et mythomane, notre boute-en-train...

Voilà donc une partie du problème : devons-nous diviser par trois ce que racontent nos informateurs ?

L'année suivante, j'étais moi-même moniteur au Club Med. Les anciens parlaient avec une certaine nostalgie du concours de la saison précédente, la saison 1963, entre GM, à qui baiserait le plus de kilos. La cérémonie d'accueil des arrivants comportait donc le passage sur la bascule, des femmes les plus grosses, ou même de toutes ? Puis les enregistrements arrivaient au cours des deux semaines qui suivaient : "J'ai baisé une telle, tant de kilos ! Inscris !"

Faut-il diviser par trois ? Ils étaient trop nombreux à raconter cette saison 1963. Ils avaient donc bien monté ce concours délirant.

Ont-ils à Paris le nombre de magistrats psychopathes, capables de monter ce concours monstrueux, à qui obtiendra le plus de suicides dans l'année ? Hélas oui, certainement. J'ai connaissance de deux magistrates sur la cour de NotreVille, qui se servent de leur poste pour mener une guerre sexiste à outrance, c'est là un secret de Polichinelle dans le Barreau de NotreVille. Une règle de trois suffit pour évaluer qu'à Paris ou à Nanterre, ils trouvent facilement les six à dix psychopathes capables de cela, et intouchables.

Maintenant se pose la question du maintien d'un relatif secret vis à vis des collègues plus honnêtes, mais que néanmoins cela ait filtré vers nos informateurs. Et la question du silence complice, des dits collègues plus honnêtes.

Au temps d'Alain Peyrefitte Garde des Sceaux et de Raymond Marcelin ministre de la police et des provocateurs, les juges parisiens se sont aisément laissés manipuler, pour condamner à deux ans de prison des innocents, pour l'exemple. Ce gouvernement de Pompidou avait accouché d'un monstre juridique (loi "Sécurité et Libertés"), et obtenu facilement de lui faire faire des choses monstrueuses.

Sous Vichy, Pucheu a facilement obtenu des magistrats qu'ils se prêtent à toutes les monstruosités que lui jugeait utile à sa guerre civile, sous couleur de complaire à l'occupant. Ils sont tous restés en poste, à la Libération. Il n'y a pas eu de dénazification dans la Justice française. Pas plus qu'il n'y a eu de défranquisation de la justice espagnole.

On a eu par les journaux des exemples de magistrats imbibés d'alcool, qui urinaient en audience, de magistrats psychotiques, qui se masturbaient en audience, mais on n'a aucune étude psychopathologique d'ensemble de ce corps. Votre voiture passe tous les deux ans au contrôle technique obligatoire, mais aucun magistrat ne passe tous les deux ans au contrôle psychiatrique obligatoire.

Sur feu paternet.net, Upatou nous avait donné force détails concrets sur la pathologie de son ex-épouse Georgia, magistrate en congé de longue durée. C'était une histrionique elle aussi, en guerre à mort pour conserver la toute-puissance sur leur fils, et montant un Münchhausen par procuration. La pathologie du Münchhausen par procuration consiste à rendre son enfant le plus malade possible et le plus longtemps possible, pour se procurer le beau rôle de le soigner avec toutes les apparences du dévouement et de l'abnégation. Tant pis s'il en crève, l'enfant, ou s'il survit handicapé à vie. Seule compte l'apparence du beau rôle.

Pierre Lazuly nous explique à http://www.menteur.com/chronik/000531.html en résumé du Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens, par Robert Vincent Joule et Jean-Léon Beauvois (Éditions Presses Universitaires de Grenoble - PUG © 2002), comment le ministre et la hiérarchie obtiennent facilement de leurs magistrats qu'ils deviennent lâches, voire monstrueux. D'abord en commençant par les sélectionner de préférence lâches et carriéristes, sadiques et obsédés de leur toute-puissance. Cela ne suffit pas, encore faut-il cultiver astucieusement ces vices originels. C'est par les compromissions successives, qu'il les tient et les pourrit, en les récompensant par de petits privilège de toute-puissance sur les petites gens.

L'un des plus pernicieux de ces privilèges, est de les dispenser à vie de toute résipiscence, de toute correction des errements précédents.


Sur le culte du sadisme, nous avons le témoignage du journaliste du NObs, qui est allé assister à une audience des flags, au mois d'août. Il en est revenu nauséeux :
"Si vous voulez voir la justice de classe s'étaler en toute impudeur, allez assister aux audiences des flags (flagrant délits) en plein mois d'août.
Là vous verrez des prévenus blessés et à la tête bandagée, se faire condamner pour violences à agents, sur le seul témoignage d'un policier en pleine forme.
Là vous verrez une magistrate se venger d'être assignée à cette permanence au lieu d'être en vacances, et se venger en grand. Là vous verrez les jeunes avocats commis d'office avoir communication de l'acte d'accusation et du "dossier" dix minutes avant l'audience. Si l'avocat tente d'argumenter sur l'innocence du prévenu, vous verrez le magistrat doubler immédiatement la peine, en représailles.
"


A suivre.
« Modifié: octobre 31, 2014, 02:44:02 am par Jacques »

 

Recent

Membres
Stats
  • Total des messages: 659
  • Total des sujets: 308
  • En ligne aujourd'hui: 5
  • Record de connexion total: 25
  • (juillet 20, 2017, 06:56:11 am)
Membres en ligne
Membres: 0
Invités: 5
Total: 5