* * *
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.
Avez-vous perdu votre e-mail d'activation ?
mai 27, 2017, 12:27:12 pm

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

5 Invités, 0 Membres

Auteur Sujet: En Martin Dufresne et Michèle Dayras dans le texte...  (Lu 15981 fois)

Jacques

  • Administrateur
  • Néophyte
  • *****
  • Messages: 29
    • E-mail
En Martin Dufresne et Michèle Dayras dans le texte...
« le: juillet 10, 2006, 03:14:20 am »
On trouve ceci sur le site de Michèle Dayras :
Adresse : http://www.sos-sexisme.org/SOSSexismeFR.htm

Citation
POUR UNE VÉRITABLE PATERNITÉ

( par Martin Dufresne )

 

La Fête des pères ne sert pas qu'à vendre de l'after-shave et des cravates... C'est aussi l'occasion de voir ressurgir dans nos médias quelques organisations d'hommes séparés ou divorcés. Comme souvent avec les hommes, leur discours joue de la carotte et du bâton, nous faisant rêver de pères impliqués et de partage équitable des tâches parentales – une promesse qui demeure non tenue – alors même qu'ils réclament plus d'irresponsabilité, de privilèges et de contrôle pour n'importe quel homme face aux femmes et aux enfants de l'après-couple.

Si les "témoignages" compassés et invérifiables de ces pères battants sur l'injustice de l'appareil judiciaire à l'égard des hommes nous laissent à spéculer sur ce que savent leurs ex-conjointes, nous nous devons surtout d'être vigilants face aux "solutions" musclées que réclame à hauts cris le Lobby du Droit du Père. Sait-on, par exemple, qu'un groupe comme le G.E.P.S.E. propose à l'État l'arrestation systématique des femmes violentées par leur mari, au même titre que leurs agresseurs, sous prétexte d'égalité des sexes et du risque de fausses allégations? On voudrait rétablir la chape du silence sur cette violence qu'on ne s'y prendrait pas autrement.

Autre exemple, moins marginal : ces groupes de pression ont convaincu l'appareil judiciaire et politique d'imposer systématiquement aux couples qui divorcent de passer par des séances de médiation qui ont, au Québec et ailleurs, le défaut de "tout mettre sur la table", en permettant d'extorquer des privilèges souvent non mérités de garde, d'accès et de contrôle en échange du consentement masculin (pour combien de temps?) au versement de la pension alimentaire.

Quand on sait que la majorité des hommes acceptent très mal le divorce ou la séparation et rechignent en majorité à subvenir aux besoins essentiels de leurs enfants, est-il logique de leur accorder main haute sur des droits aussi primordiaux pour les survivantes du divorce, de soumettre à une partie de bras-de-fer déjudiciarisée et privatisée des litiges aussi délicats, aux répercussions aussi pénibles? N'est-il pas prévisible que la partie la moins intraitable sortira perdante de telles "ententes"?

Sous la rhétorique de ce qu'on appelle à tort des "solutions gagnant-gagnant", on constate déjà que la médiation favorise – en les ignorant – des situations de chantage ignoble ("Oublie la pension ou je réclame la garde..."), de violences psychologique et même physique, et le sacrifice de l'intérêt de l'enfant aux desiderata du père et à un droit de veto accordé aveuglément à n'importe quel homme.

Au-delà des théories fumeuses sur le caractère essentiel d'une paternité toute symbolique, faute de quoi on nous menace des pires effondrements, il est temps de faire place à une vision réaliste des aptitudes et choix parentaux de la plupart des hommes divorcés/séparés. Tout n'est pas aussi rose de ce côté que ne le prétend l'idéologie dominante. Beaucoup des "nouveaux" pères dont nous bassinent des sociologues révisionnistes et une publicité insidieuse sont également ceux qui ne "voient" leur enfant que lorsque ça les arrange, ou même simplement pour réduire ou éteindre leurs obligations financières à son égard. C'est en effet ce que permet depuis trois ans une clause peu honorable adoptée par le gouvernement Chrétien sous la pression du parti conservateur, qui menaçait de défaire au Sénat le projet de loi instaurant des barèmes de pension alimentaire pour enfants.

Combien de femmes et d'enfants se voient aujourd'hui contrôlés, manipulés et frustrés au quotidien par l'exercice aléatoire et anxiogène d'un "droit d'accès" qui est devenu une prérogative masculine plutôt que ce qu'il était dans la Loi du divorce, un droit de l'enfant conditionnel à une évaluation attentive des risques qui y sont associés? Car il y a risque.

Le cliché amplement médiatisé du Père charmant ne devrait pas nous faire oublier que la violence masculine du conjoint et du père demeure le principal motif des séparations et des divorces (54 % des demandeuses de divorce citaient la violence physique ou psychologique dans une étude de Gill et St-Pierre sur le Québec du Sud-Ouest). Malgré la promotion et le soutien de l'État à de soi-disant "thérapies pour hommes violents", à l'inefficacité maintes fois démontrée, ces problèmes d'agression et d'abus paternels sont loin de prendre fin avec la séparation ou le divorce. On assiste même depuis quelques années à une hausse inquiétante du nombre d'enfants tués par un père séparé/divorcé, dans un geste ultime de violence contre leur mère.

Pourtant, cette létalité – attisée par le discours sur la "souffrance masculine" – n'amène pas encore l'État et les tribunaux, qui continuent à préconiser et accorder des privilèges d'accès et de contrôle à n'importe quel homme qui en réclame. Pire, le lobby des pères réclame (et obtient, récemment en Alberta) de nouvelles lois ultra-punitives à l'égard des mères qui tentent de protéger des enfants abusés contre cet exercice incontrôlé du "Droit du Père". Il s'agit d'autant d'armes ajoutées à l'arsenal des ex-conjoints harceleurs, décidés à punir celle qui a osé rompre, celles à qui ils ne veulent plus verser un sou. Car c'est d'argent et de contrôle qu'il s'agit avant tout dans cette guerre secrète.

Est-ce dire que les pères divorcés séparés sont à jeter aux oubliettes? Pas du tout. Nous en connaissons tous qui conservent un rapport intègre et respectueux avec leur ex-famille. C'est même sur la base de leur comportement qu'on devrait ranger pour de bon les rengaines masculinistes d'il y a cent ans, en mesurant les droits des adultes à leurs compétences parentales et à leur non-violence à l'égard des enfants. Et de telles compétences ne s'apprennent pas au CLSC en un tournemain, le temps de refaire une vertu à Monsieur.

L'erreur, ce serait de laisser ces bons parents servir de caution au lobby masculiniste qui réclame des droits pour n'importe quel homme, fût-il un batter de femmes ou un violeur d'enfants. C'est faire bien peu de cas des atitudes morales masculines, mais surtout du droit des enfants à laisser derrière eux certains faux parents sans être dépossédés.

***********

Martin Dufresne est Secrétaire du " Collectif masculin contre le sexisme ".

COLLECTIF MASCULIN CONTRE LE SEXISME, 598, rue St-Olivier, bureau 4, QUÉBEC (Québec) G1R 1H1 No de tél.: (418) 524-3254. Courriel: martin@laurentides.net

 


On y trouve aussi ceci :

Citation


Forum de discussion de
SOS Sexisme

Réponse à "Quand les Françaises doivent fuir le pays pour sauver leurs enfants !"

Ecrit par Michèle le 9/22/2002 à 7:09:44 AM

Voici un texte que nous a envoyé Martin Dufresne du " Comité masculin contre le sexisme "





***






Les medias ont beaucoup parle ces derniers mois des meres françaises qui viennent se refugier en Suisse pour echapper au droit de visite accorde a leur ex-conjoint.


" Nouvelles Questions Féministes " publie dans son dernier numero trois articles de fond qui permettent de comprendre l'emergence de ce genre de situations.


L'un d'eux, ecrit par Ailbhe Smyth, analyse les politiques qui euphemisent la violence masculine contre les femmes. La tendance aujourd'hui est de psychologiser la violence et d'en faire une affaire de couple ou de famille, « privee ». Dans cette optique, on postule que la violence peut etre exercee aussi bien par les hommes que par les femmes, on va chercher des hommes battus pour le prouver, et on nie ainsi les rapports de pouvoir qui regissent les relations entre femmes et hommes.


Depuis des annees, des mouvements d'hommes divorces s'organisent pour echapper aux accusations de violence qui leur sont adressees. Ils pretendent que les femmes leur volent les enfants et que leur amour paternel est ignore : la societe, en particulier les juges, se liguerait contre eux, au detriment des vrais interets des enfants. Analysant ces plaintes dans les pays anglophones, Lynne Harne montre comment les lobbies des peres ont construit une mythologie habile, qui s'appuie sur la revendication d'egalite. « Nous avons change » disent-ils, « nous sommes de nouveaux hommes » prets à s'investir auprès des enfants. Donc : on n'a plus de raison de preferer les meres.


En France aussi la presence du pere est devenue LE critere de l'interet de l'enfant, au detriment meme de sa securite. (...) Des lors qu'il est separe de sa compagne, l'homme beneficie d'une presomption de competence et de bonne volonte ; meme si auparavant il n'a jamais change son enfant ; même si la mere l'accuse d'inceste ou de violence. En outre, comme l'enfant est cense naviguer entre la residence de la mere et celle du pere, la pension alimentaire est supprimee. Il en resulte une pauperisation des femmes lorsque le pere ne tient pas ses engagements quant a la prise en charge concrete des enfants.
Réponses
Nom:    
Email :    
Sujet:    
Message:    

L'utilisation de ce Forum implique que vous respectiez le réglement interne.
« Modifié: février 27, 2007, 02:36:07 am par Jacques »

Jacques

  • Administrateur
  • Néophyte
  • *****
  • Messages: 29
    • E-mail
La directrice du site sexiste par excellence, dans le texte :
« Réponse #1 le: juillet 10, 2006, 03:49:05 am »
Quant à la directrice de ce site sexiste par excellence, celui qui exhibe complaisamment son Martin Dufresne, Michèle Dayras, la voici dans le texte :

Citation
Forum de discussion de
SOS Sexisme

Réponse à "Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: mise au point Rémy"

Ecrit par Michèle le 22/08/2001 à 02:02:56

En réponse à : Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: mise au point Rémy Ecrit par Rémy le 21/08/2001 à 16:11:17 Je trouve assez étonnante votre réponse car, comme la majorité des hommes, vous ne souffrez pas la contestation et vous préférez fuir plutôt que d'affronter la réalité c'est-à-dire la vérité sur le comportement masculin et sur l'oppression que les hommes font vivre aux femmes.
Pour moi, tout homme est un " salaud " en puissance, comme on pourrait dire que tout homme est un violeur ou un intégirste en puissance. Je pense, aorès tant d'années passées à militer, qu'il ne s'agit que d'une question de degré dans l'abjection, ce qui fait que certains hommes peuvent passer pour sympa : ceux qui n'ont pas été confrontés à la réalité et que leur petite femme chérie...conforte dans leur machisme; ceux-là ne sont pas trop véhéments car ils n'ont pas l'impresion qu'ils vont perdre le pouvoir avec tous les privilèges qui s'y rapportent.
Lisez l'article de Françoise Héritier dans LIbération : - " Les hommes peinent à accepter que les femmmes soient leurs égales " - dans lequel elle explique que "l'incapacité des hommes à reproduire leur semblable (un homme) est à la base des dépossessions dont elles (les femmes) ont été victimes ".
Et revenez dans ce Forum !
Réponses:

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: mise au point Rémy - frances 22/08/2001  09:44:37
Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: mise au point Rémy - Nova 22/08/2001  05:49:08
Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: mise au point Rémy - frances 22/08/2001  09:52:26
Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: mise au point Rémy - nova 22/08/2001  04:42:45
Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: mise au point Rémy - Mi chèle 23/08/2001  01:24:55
Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: mise au point Rémy - frances 23/08/2001  11:18:19
Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: mise au point Rémy - nova 22/08/2001  05:48:09
Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: mise au point Rémy - frances 22/08/2001  10:07:17
Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: mise au point Rémy - Michèle 24/08/2001  00:26:06

Vous avez retenu ? Pour elle "Pour moi, tout homme est un " salaud " en puissance, comme on pourrait dire que tout homme est un violeur ou un intégirste en puissance."
En une phrase, tout est dit, tel est en permanence le contenu de son site.

Citation
Forum de discussion de
SOS Sexisme

Réponse à "Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: mise au point Rémy"

Ecrit par Mi chèle le 23/08/2001 à 01:24:55

En réponse à : Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: mise au point Rémy Ecrit par nova le 22/08/2001 à 04:42:45 Le mot " salaud " est sans doute un peu fort mais je veux dire par là que, poussé dans ses retranchements (et il n'est pas besoin d'aller bien loin !) le vernis de politesse tombe très vite et la vraie nature des rapports hommes-femmes apparaît avec la violence, la peur et la haine que les hommes ont des femmes.

C'est mon analyse et je sais qu'elle semble extrêmiste, radicale et misandre et qu'elle heurte beaucoup de personnes, mais elle ne reflète que la triste réalité des rapports entre les sexes.

Je crois que si les femmes ne veulent pas véritablement savoir contre qui elles luttent pour leurs droits et qui les oppriment, jamais elles n'arriveront à obtenir l'égalité dans un monde plus juste.
J'ai, au cours de mon existence de militante, rencontré seulement 2 femmes qui, dans des conférences internationales ont été capanbles de dire que notre ennemi, celui qui nous opprime : c'est l'homme ! Aucune femmme n'ose accuser nommément les hommes car chacune a un père, un frère, un fils et un mari qu'elle chérit ! C'est ça le vrai handicap des femmes dans le combat pour leurs droits.
Réponses:

Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: mise au point Rémy - frances 23/08/2001  11:18:19

Par ailleurs c'est "ça" qui exerce un pouvoir d'expertise judiciaire, comme elle le précise elle-même :
Citation


Forum de discussion de
SOS Sexisme

Réponse à "Re: Re: Re: viol et castration"

Ecrit par michèle le 07/08/2000 à 03:04:55

En réponse à : Re: Re: viol et castration Ecrit par olier le 03/08/2000 à 11:46:07 Grave erreur médicale !
Oui, il y a des hommes qui violent avec une bouteille ou tout autre objet que leur sexe, mais le processus initial qui conduit au viol reste le même et a une origine identique : la haine et la peur que les hommes ont des femmes et leur agressivité liée à leur testostérone.
Jai assez longuement étudié, à l'Institut de criminologie, la violence masculine et je me penche sur ce problème depuis de longues années en tant que médecin et en tant que militante féministe.
Oui la castration n'est pas un remède miracle car " on peut violer avec autre chose " ; ce raisonnement omet pourtant de prendre en considération le grand attachement psychologiue et affectif que les hommes entretiennent avec leur zizi et leur peur infinie de leur propre castration dès le plus jeune âge !
Réponses:

re: - Salomé 07/08/2000  10:59:18
Re: re: - david 07/08/2000  12:38:02
La vengeance - Salomé 10/08/2000  08:25:24
autre chose... - Salomé 10/08/2000  08:46:12


Autre étalement de leur paranoïa, à ces militantes de la guerre sexiste :

Citation
Forum de discussion de
SOS Sexisme

Réponse à "Re: Re: le désespoir des pères ???"

Ecrit par sos sexisme le 12/16/2002 à 10:06:00 AM

En réponse à : Re: le désespoir des pères ??? Ecrit par fame le 12/14/2002 à 10:43:00 PM
Cette association est la première qui a été créée pour le " backlash " des femmes et de leurs drots à travers le monde.


"Je connais celui qui l'a créée; je l'ai reçu chez moi, dit Michèle. C'est un vrai macho qui voulait savoir à quoi je ressemblais en tant que féministe !"


Il s'agit maintenant d'un réseau qui combat pour les droits des hommes et contre les droits des femmes sur TOUTE LA PLANETE (prenez leur site et voyez leur diffusion). Le discours enrobé de féminisme est un piège immense dans lequel tombent des femmes telles que "Fame " qui nous semblaient faire partie des vraies militantes...

A cause de la Condition paternelle et de SOS PAPA, qui faisaient le forcing auprès des membres gouvernementaux de la Conférence sur la Famille (qui se réunit chaque année en Juin) le GOUV. de Jospin a voté "la garde altenée " (les Françaises vont se cacher en Suisse, avec leurs enfants, pour y échapper) le divorce " par répudiation " et la loi sur le " matronyme " qui n'est que la préservation déguisée de la transmission du patronyme.

Ces hommes sont éminemment DANGEREUX !
Réponses:

Re: Re: Re: le désespoir des pères ??? - fame 12/18/2002  11:59:05 AM



Une autre fois je vous citerai les insultes envoyées à Géraldine par Callixto, sur le site à Michèle : "C'est parce que vous êtes enceinte que vous êtes aussi confuse. ..." et "Vous êtes illoqique comme toutes les femmes mariées..."
« Modifié: juin 24, 2012, 12:46:47 pm par Jacques »

Jacques

  • Administrateur
  • Néophyte
  • *****
  • Messages: 29
    • E-mail
En "SOS-Sexisme" dans le texte
« Réponse #2 le: juillet 12, 2006, 04:34:59 am »
En "SOS-Sexisme" à Michèle Dayras, en Anne (Onyme)  dans le texte :

Citation
http://www.sos-sexisme.org/forum/ViewPost.asp?Post=5566 :

Forum de discussion de
SOS Sexisme

Réponse à "Re: le SAP"

Ecrit par anne le 1/29/2003 à 11:58:12 PM

En réponse à : le SAP Ecrit par gentil33 le 1/29/2003 à 4:00:15 PM
Allons, allons, votre théorie masculiniste psychologisante est assez
pitoyable!
Vous voulez nous en mettre plein la vue avec votre nouveau concept à 2
balles de SAP. Pourquoi ne pas inventer un nouveau concept pendant qu'on
y est : celui de SMR (syndrome du masculiniste revanchard :-)
Vous voulez expliquer la violence des nouvceaux petits caïds de
banlieues par ce nouveau concept, alors que les facteurs principaux sont
d'ordres sociaux et culturels : acculturation, trop grand tolérance de
la part de la famille donnée aux garçons, éducation machiste et misogyne
(en grande partie perpétrée par la culture "musulmane", tolérance vis à
vis des mâles, inaptitude des garçons à suivre une scolarité studieuse,
etc...etc...). Le problème du néo-machisme des banlieues est plutôt à
rechercher dans ces causes culturelles et sociaologiques-là, plutôt que
dans votre "syndrome" à la noix!
Réponses:

Re: Re: le SAP - gentil33 1/30/2003 12:45:56 PM
Re: Re: Re: le SAP - pascal 1/30/2003 3:20:50 PM
Re: Re: Re: Re: le SAP - Chochotte 1/30/2003 9:34:36 PM
Re: Re: Re: Re: Re: le SAP - gentil33 1/31/2003 10:02:19 AM


Le bordelais qui signe "Gentil" a montré une longue patience, dans ses tentatives d'établir un dialogue avec ces furies.
Résultat nul, comme toujours avec les paranoïaques, surtout s'ils/elles sont réunies en secte fermée comme celle-là..
« Modifié: juillet 12, 2006, 04:35:58 am par Jacques »

Jacques

  • Administrateur
  • Néophyte
  • *****
  • Messages: 29
    • E-mail
Re : En Martin Dufresne dans le texte...
« Réponse #3 le: janvier 15, 2007, 05:41:07 pm »
Apparemment tout ce site là serait du pur Martin Dufresne :
http://www.antipatriarcat.org/antimascu/index.html

Nous vérifions.
« Modifié: janvier 15, 2007, 05:41:50 pm par Jacques »

Jacques

  • Administrateur
  • Néophyte
  • *****
  • Messages: 29
    • E-mail
En Martin Dufresne dans le texte :
« Réponse #4 le: mai 30, 2007, 04:18:31 am »
http://www.antipatriarcat.org/nouvelles/titres.php?ref=10185
Citation
Le 12 août 2005 -  "Big Father is Watching You"...
Martin Dufresne - collectif masculin contre le sexisme
Le délire néo-patriarcal n'a plus de bornes.

L'État de l'Utah reconnaît de puis l'an dernier aux pères un "droit" à faire installer un système de vidéoconférence (Webcam + ordinateur) chez leur ex pour offrir à ces hommes un accès virtuel à "leur" enfant.

Ce sont les conjoints agresseurs qui vont être ravis de tenir ainsi leurs victimes à leur merci.

De plus, les législateurs de l'État mormon ont pris le soin de préciser que cela ne devait pas fournir à Madame un prétexte pour échapper aux privilèges de Monsieur en matière de visites réelles, des visites accordées sans égard à sa violence selon une recherche qui vient de paraître à Seattle (voir plus bas).

Si Monsieur veut de ces visites, bien sûr, car il n'est jamais question d'imposer quoi que ce soit aux pères négligents ou manipulateurs qui refusent aux enfants l'accès à ses deux parents, facteur pourtant présenté par le lobby des pères comme essentiel à leur équilibre.

(...)

la suite
ligne

"Big Father is Watching You", par Martin Dufresne:
http://www.antipatriarcat.org/cmcs/titre.php?id=1036
Le site web du collectif masculin contre le sexisme (entièrement rénové et fréquemment mis à jour):
http://www.antipatriarcat.org/cmcs
« Modifié: octobre 21, 2009, 11:54:34 am par Jacques »

Jacques

  • Administrateur
  • Néophyte
  • *****
  • Messages: 29
    • E-mail
En Martin Dufresne dans le texte...
« Réponse #5 le: mai 30, 2007, 04:21:13 am »
http://www.antipatriarcat.org/nouvelles/titres.php?ref=10174
Citation
Le 20 juin 2005 - "Appel du sexe" ou pression du fric?
Martin Dufresne, James Douglas, Benoît Lacoursière
[Lettre ouverte au DEVOIR]

Nous attendions mieux du Devoir et de Normand Cazelais que l'apologie traditionnelle de l'exploitation sexuelle présentée dans votre chronique Voyages ("L'appel du sexe", 18-19 juin).

Ce n'est ni par "pudibonderie" ou par "vertu" que nous sommes plusieurs à contester les privilèges des exploiteurs et des touristes à qui une bourse bien garnie devrait donner, suggère Cazelais, libre accès aux femmes et aux jeunes de leurs "destinations plaisir", y compris nos collectivités.

L'époque où l'accès au minimum vital passait nécessairement par ce genre de dépossession était bien plus sordide que "sulfureuse" pour les femmes, les jeunes et les minorités ethniques qui l'ont vécue. Quant à la Rome antique, on n'y trouvait pas que des bordels accueillants, mais aussi l'esclavage pour les approvisionner.

Des membres du Bloc québécois siégeant au Sous-comité fédéral d'examen des lois sur le racolage semblent annoncer un retour en arrière qui, sous prétexte de "protection" des exploitées, offrirait de nouveau à leurs prostitueurs (pimps et acheteurs) des zones franches de toute sanction dans les quartiers appauvris de nos villes. C'est de bien mauvais augure pour l'équité sexuelle dans le projet de pays du Bloc.

Acheter ou vendre le sexe des autres n'est pas un droit de l'homme auquel nous tenons.

Martin Dufresne et James Douglas, Collectif masculin contre le sexisme
Benoît Lacoursière, Hommes contre le patriarcat


(Extrait de l'article)

"Voyages - L'appel du sexe
Normand Cazelais
Édition du samedi 18 et du dimanche 19 juin 2005

Montréal vient de vivre un autre grand épisode de son histoire touristique. Son Grand Prix automobile a encore connu un "éclatant" succès. Dans les
jours et semaines à venir, une avalanche de chiffres en étalera les retombées sur la métropole et sur tout le Québec: nombre de visiteurs,
dépenses globales, taux d'occupation hôtelière, rayonnement planétaire, tout y sera. Sauf les gains enfournés par l'industrie du sexe.

(...)

L'appel du sexe fait intrinsèquement partie des attraits d'une destination. Il n'y a pas que les musées, les spectacles, les activités sportives, les paysages et les restaurants.

Pourquoi cacher cette réalité sous le tapis ? Ou sous le lit ?"

La suite de l'article (pour les abonné-e-s du Devoir):
ligne

"L'appel du sexe", Normand Cazelais, Le Devoir, 18-19 juin2005:
http://www.ledevoir.com/2005/06/20/84568.html
collectif masculin contre le sexisme:
http://www.antipatriarcat.org/cmcs
hommes contre le patriarcat:
http://www.antipatriarcat.org/hcp
« Modifié: octobre 21, 2009, 11:54:05 am par Jacques »

Jacques

  • Administrateur
  • Néophyte
  • *****
  • Messages: 29
    • E-mail
Longue controverse sur la pathologie de Dufresne
« Réponse #6 le: mai 30, 2007, 04:32:26 am »
Longue controverse sur la pathologie de Dufresne sur le site cmaq (Centre des Média alternatifs du Québec) :
http://www.cmaq.net/fr/node.php?id=18967

J'en ai pris une copie et la mettrai en ligne, si cette adresse devenait indisponible.

Bien que je n'en trouve toujours pas la source exacte, il se confirme qu'il est là bas de notoriété publique qu'il est un abusé sexuel, et qu'il persiste à ne pas voir clair entre les limites de sa propre biographie et toutes celles des autres, qu'il persiste à projeter sur autrui.

Citation
C'est reconnu par énormément de gens, que Dufresne est un militant anti-père et anti-homme, même dans les milieux dits progressistes. Tout le monde sait que son agression sexuelle étant plus jeune par un homme est la source de sa haine envers le genre masculin.
« Modifié: mars 28, 2010, 03:56:33 am par Jacques »

Jacques

  • Administrateur
  • Néophyte
  • *****
  • Messages: 29
    • E-mail
En Martin Dufresne dans le texte...
« Réponse #7 le: mai 30, 2007, 05:23:56 am »
Citation
20 février, 0 h 07 - Parler d'"agressivité", c'est *naturaliser* a priori un comportement qui est en fait *instrumental*, en ce sens que les hommes qui violentent une femme en tirent un bénéfice : la soumission forcée de l'être agressé, le privilège de ne pas répondre de leurs comportements. Les batteurs de femmes s'en cachent rarement d'ailleurs, prompts à dire qu'elle "l'a mérité". Ce sont les psys qui tentent de noyer le poisson.
 
Si ce n'était qu'affaire d'agressivité, on verrait ces hommes s'en prendre à leur patron, aux flics, etc.
Non, ils calculent, frappent quand ils savent pouvoir s'en tirer sans témoin. Et ils nient, eux, alors que les femmes sont souvent promptes à se reconnaître bien des torts.
D'ailleurs, personne ne parle d'"innocence féminine" sauf ceux qui les chargent de tous les péchés de la terre...
 
Si des femmes *peuvent* être violentes, il est clair qu'elles font beaucoup moins souvent que les hommes le choix de l'être. Et qu'elle sont beaucoup plus durement punies quand elles le font, tant par les médias que par les tribunaux.
 
En ce sens, oui, la violence a un sexe, celui du pouvoir qu'elle sert à protèger de l'égalité, de la négociation au quotidien.
 
Quant aux pères, il faut être de mauvaise foi pour ne pas voir à quel point beaucoup servent de modèle à la violence de leurs fils. Alors, pourquoi leur réserver une place incontournable, plutôt que de les juger à leurs mérites et reconnaître que les mères sont souvent de meilleurs modèles, même pour des garçons?
 
Patriarcat, quand tu nous tiens...
Martin Dufresne
Québec
http://www.radio-canada.ca/radio/profondeur/hommes/emission5.shtml

Citation
Date: 5 Dec 1998 19:21:42 -0400
From: Martin Dufresne
Subject: Site Web consacré_à_ une vigile pré-6_décembre

Un jeune pro-féministe récemment arrivé à Montréal organise en ce moment
avec quelques amis une vigile sur la rue Saint-Laurent. Un autre type -
Martin Chartrand - y consacre un site Web sonore au
www.geocities.com/Eureka/Enterprises/3132/501.html. Hyperliens intéressants
au travail de féministes canadiennes. Ë découvrir.
Si des types sont intéressés à explorer la possibilité d'une démarche
pro-féministe à Québec, prière de me contacter au 524-3254.

Martin Dufresne
Collectif masculin contre le sexisme

"Feminism exists so that no woman ever has to face her abuser in isolation,
alone."
(Andrea Dworkin)

http://old.nothingness.org/kebekaktif/reseau/digests/Dec-98/Dec5-98-259.html

En clair, être contre les mâles et pour les femelles, c'est être anti-sexiste selon Martin Dufresne...
« Modifié: octobre 21, 2009, 11:53:32 am par Jacques »

Jacques

  • Administrateur
  • Néophyte
  • *****
  • Messages: 29
    • E-mail
Martin Dufresne ...
« Réponse #8 le: mai 30, 2007, 05:57:49 am »
« Modifié: mai 30, 2007, 06:05:10 am par Jacques »

Jacques

  • Administrateur
  • Néophyte
  • *****
  • Messages: 29
    • E-mail
Preuve de la notoriété publique au Canada :
« Réponse #9 le: juin 01, 2007, 05:00:42 am »
Pas vraiment une preuve, pas vraiment tranchant, mais un indice fort sérieux, et en tout cas une preuve de la notoriété publique au Canada, et de l'absence totale de démenti par Martin Dufresne, voire même un aveu implicite :

http://www.cmaq.net/fr/node.php?id=18097
Citation
Sujet:     Monologue classique    
Auteur:    martin dufresne
Date:    Dim, 2004-09-12 11:43

Classique, la passe de se présenter comme victimisé pour invalider d'avance toute critique d'un texte qui ne ménage aucun effet de manchettes pour parodier grossièrement et tenter de discréditer des analyses féministes auquel il prétend "répondre", mais dans un milieu antiféministe plutôt que dans un réel dialogue avec d'autres personnes souffrant de l'assignation de genre ou la lui imposant (comme son "ami"). Dommage. On comprend pourquoi des misogynes applaudissent ci-dessous.

En fait, je trouve que "Serpillère" se montre extraordinairement contrôlant en définissant d'avance ce qu'on est en droit de penser de son texte et de lui répondre. Quoi qu'il en dise, c'est bel et bien en tant qu'homme ("garçon") qu'il "drague" le lecteur vers la défense de ses privilèges, que je persiste à reconnaître comme masculins, bien que revus et améliorés, et qu'il tente de museler toute réticence à avaler la 'bouillie pour les chats' qu'il nous sert en abondance.

Personnellement, je trouve plus crédibles (et honnêtes) les analyses qui vont au-delà de pareilles prétentions à mettre une posture personnelle (de "garçon" non genré ou uniquement genré par l'analyse féministe "radicale") à l'abri de toute assimilation à d'autres conduites de pouvoir masculin tout aussi culpabilisantes et violentes que la sienne.

Libre à lui de (continuer à) accoller aux gens que ses accusations ne convainquent pas les étiquettes dévalorisantes qui serviront sa stratégie; une autre passe simpliste. Tout ce que je retiens de ce monologue compassé, c'est une longue tentative pour *interdire* d'avance toute critique et tout dialogue avec d'autres personnes souffrant comme lui de l'assignation de genre, mais qui auraient le toupet de soupçonner en lui un homme protégeant des privilèges masculins - virils ou libertaires - et s'en servant lorsqu'il appelle à la guerre sainte antiféministe.

Contrairement à ce qu'affirme tout ce texte, il faut rappeler que ce sont d'abord et encore les féministes qui sont quasi-seules à nous rappeler qu'il n'y a PAS que deux sortes de gens, que le genre n'est PAS biologique, même si l'adhésion aux privilèges de genre ou la tentative d'y accéder demeure, même s'il le nie, le fait de la quasi-totalité des hommes (le texte de "Serpillère" en est d'ailleurs une splendide illustration).

Car il ne suffit pas de dire que le genre est arbitraire, assigné et qu'il faut le dépasser. Il est trop facile de prétendre que notre cas personnel, notre image de soi, nos voltiges théoriques invalident aussitôt énoncés une analyse réaliste du pouvoir de genre, tel qu'il s'exerce même en milieu dit progressiste (mais souvent rageusement misogyne).

Il est tellement plus facile de tirer sur le pianiste - ce dont "Serpillère" ne se prive pas - que de (réellement) écrire et vivre une nouvelle partition.

Imaginez un texte de la même eau écrit par un Blanc qui, à cause de ses conceptions ou perceptions de soi personnelles, ne se "reconnaîtrait" pas dans une critique du racisme de sa société et 'vargerait' de tout son privilège de race sur les Noirs qui oseraient voir en lui un Blanc, encore un Blanc, menant une politique de Blanc en interdisant toute généralisation critique...

Je crois qu'il faut avoir l'humilité de voir dans une telle non-reconnaissance de sa position (encore) privilégiée - même si on est opprimé comme bisexuel - un élément du problème plutôt qu'un bon contre-argument valable. Je crois qu'il faut chercher des solidarités avec les principales opprimées de genre plutôt que contre elles. Pas facile, mais nécessaire si l'on ne veut pas ajouter à l'oppression machiste qu'on subit parfois avec elles.

Martin Dufresne
(qui ose signer contrairement à l'auteur)
   
      

      
   
Sujet:    Dufresne classique.    
Auteur:    Casanova
Date:    Dim, 2004-09-12 14:32
   
Ca ben l'air que notre Martin nationale s'est sentit attaqué dans ce texte. Normal, quand l'auteur parle de la misandrie et de l'incohérence du discour des féministes radicales, ils visent des gens comme Martin Dufresne qui en est un exemple parfait.

Dufresne va même jusqu'à dire, le plus sérieusement du monde, que l'auteur appelle à la guerre sainte contre le féminisme. Le gars est dérangé pis pas à peu près... IL doit être le seul à avoir eu cette impression en lisant le texte ou c'est juste qu'il est à court d'arguments pour discriditer l'auteur. Dufresne utilise toujours la même tactique: il tente de discriditer ceux qui ne pensent pas comme lui avec des mensonges ou en leur prêtant de fausse intention. Pourtant, l'auteur a clairement indiqué qu'il critique le féminisme radicale et non le féminisme en son ensemble. Dufresne nous dit que ce texte et ceux qui sont d'accord avec sont mysogine...Donc tout ceux qui ne sont pas d'accord avec la misandrie des féministes radicales sont mysogine? Alors 99.9% de la population mondiale est mysogine! Pauvre Martin, il est bien seul dans son monde.

Ce qui est le plus pathétique dans le cas de Dufresne, c'est qu'il a avoué publiquement le cause de son mépris envers les hommes. En effet, il a publiquement avoué avoir été abusé sexuellement par un homme étanr enfant. Au lieu de diriger sa rage envers son agresseur, il l'a dirigé envers l'ensemble des hommes. Son jugement est complètement dérèglé depuis ce temps. Il est trop lache pour viser le vrai responsable de sa misandrie.




      
   
Sujet:    Bassesse    
Auteur:    martin dufresne
Date:    Dim, 2004-09-12 17:34

L'anonymat permet vraiment toutes les bassesses, comme la lâcheté du CMAQ à afficher régulièrement de telles attaques personnelles.
Son commentaire est tout de même assez révélateur. Que nous dit "Casanova" (Rémi Tremblay), sinon
que tout-e survivant-e d'agression sexuelle dans l'enfance doit être discrédité-e a priori?
Il ne saurait signer plus clairement son adhésion à une vision du monde et une politique de soutien aux violeurs, bref, masculiniste.

Martin
   
      

      
   
Sujet:    Rectification.    
Auteur:    Casanova
Date:    Dim, 2004-09-12 20:18
   
Je tiens à rectifier deux choses. Premièrement, je ne suis pas Rémi Tremblay. Que tu m'associes à ce grand idéologue et tombeur de ces dames m'honnore au plus au point. Je te dirais bien mon identité mais je te laisse t'amuser à tenter de découvrir qui je suis. Il est reconnu que l'amusement est une forme de thérapie, tu en as grandement besoin.

Deuxièmement, je n'ai jamais dit que tout-e survivant-e d'agression sexuelle dans l'enfance doit être discrédité-e a priori. Ce que je dis, c'est que dans ton cas il est évident que ton agression sexuelle par un homme dans ton enfance a grandement contribué à ta haine sans limite pour le sexe masculin. Tu déplaces ta colère sur les hommes au lieu de l'envoyer sur ton agresseur. Voilà pourquoi tu es si misandre et malhonnête au sujet des problèmes de la condition masculine. Quelqun qui s'est fait agressé sexuellement en enfance peut être tout aussi bien un masculiniste si il a déplacé sa colère sur son agresseur et non les hommes.
   
      

      
   
Sujet:    Sur le vécu vs l'Opinion    
Auteur:    Dominic Claveau
Date:    Lun, 2004-09-13 16:26
   
Maudit (*&%(&$(&$(%&(*? on recommence... pourquoi ca c'est effacé?!?;-)

Monsieur Dufresne.

Je sympathise avec vous car je comprend que le dévoilement de cette épisode de votre enfance vous mette mal à l'aise. Je présume qu'il est véridique, car vous n'avez pas démenti... De votre point de vue, je comprend aussi que vous pouvez interpréter toute référence à votre enfance comme une façon de vous discriditer à priori. Vous avez évidement raison, certain ni manquerons pas. D'un autre côté, contrairement à Bleuer, je trouve tout à fait légitime qu'on soit informer sur ce fait, quoiqu'il aurait fallu que ca vienne de vous. Je suis moi même tenté d'attribuer une parti de votre position idéoligique sur le compte de votre enfance... même si ça n'explique pas tout. Personne n'aime qu'on associe nos opinions à des raisons psychologiques plutôt que rationnelles... Pourtant, MOI, Casanova, Gilles, Sysyphe... et même Bleuer! ;-) sont dans le même bateau: notre profil psychologique, éducation environnement, etc. inflence bien plus notre Opinion qu'une qualquonque démarche "rationo-cartésienne". D'ailleur, tous les grand hommes et femmes ont subi durant leur Histoire - avant ou après leur mort - le "sévice" de l'analyse psychologique, voir psychanalitique pour expliquer leur opinions et comportements... Alors medammes et messieurs, qui peut lancer la pierre à M Dufresne et dire que sont opinion à lui est libre de toutes expériences vécu dans l'enfance!? ;-)
   
      

      
   
Sujet:    Dufresne a un peu raison    
Auteur:    RiouxYves/Bleuler
Date:    Dim, 2004-09-12 21:36

Je n'aime pas beaucoup Dufresne, mais ici, il a un peu raison. Le fait qu'il ait été abusé pendant sa jeunesse ne peut pas être invoqué comme argument pour discréditer ce qu'il dit. Il s'agit d'une attaque personnelle aussi inutile que mesquine.
   
      

      
   
Sujet:    Explication.    
Auteur:    Casanova
Date:    Dim, 2004-09-12 22:40

Je n'invoque pas le fait qu'il est été abusé par un homme étant enfant pour discréditer tout ce qu'il dit mais pour expliquer son discour ultra-haineux envers les hommes. Je suis LOIN d'être le premier à invoquer cette raison pour expliquer le comportement anti-homme pathologique de Dufresne. D'ailleurs, même certainES féministes modérés me l'on déja dit sous le couvert de l'anonymat, c'est à ce moment que j'ai apprit que Dufresne avait été abusé par un homme. Je cherchais depuis un bon moment comment un homme pouvait avoir une haine aussi profonde envers son propre sexe, j'ai comprit après avoir apprit la nouvelle. Il ne faut pas être un grand psychiatre pour comprendre que son abus par un homme à été un déterminant important dans le développement psychologique de Dufresne. Je tenais à vous préciser mes dires monsieur Bleuler car j'ai un grand respect pour vous.

« Modifié: octobre 21, 2009, 11:51:58 am par Jacques »

Jacques

  • Administrateur
  • Néophyte
  • *****
  • Messages: 29
    • E-mail
Re : En Martin Dufresne dans le texte...
« Réponse #10 le: juin 02, 2007, 01:01:46 am »
A l'adresse http://sisyphe.org/article.php3?id_article=2437 on trouve ceci :
Citation
jeudi 26 octobre 2006

La National Organization for Women dénonce le SAP

ATTENDU QUE la notion de “syndrome d’aliénation parentale” (SAP) a été créée par le psychiatre Richard Gardner et que les avocats plaideurs s’en servent en Cour comme stratégie tactique de défense des batteurs de femme et des prédateurs sexuels qui prétend expliquer la désaffection d’un enfant pour un parent, ou invalider des allégations contre ce parent de violence ou de viol infligé à l’enfant, en blâmant le parent protecteur ;

ATTENDU QU’IL n’existe pas de preuves à l’appui de l’existence du SAP ;

ATTENDU QUE ce sont surtout les mères à qui on prête un comportement pathologique et que l’on blâme de nuire à l’attachement de leurs enfants aux pères, et que le SAP est utilisé par plusieurs évaluateurs et tribunaux comme une forme de piège pour discréditer les peurs ressenties par les enfants dans des situations d’hostilité et de violence psychologique, pour tenir l’enfant à distance du parent protecteur ;

ATTENDU QUE la violence se poursuit par le biais du système judiciaire par une série d’attaques sans pitié menées de toutes part et stratégiquement échelonnées dans le temps par l’agresseur, ses avocats en matière criminelle, familiale et de préjudices personnels et des thérapeutes adeptes du SAP en vue de pleinement discréditer, blâmer et contrôler un parent protecteur dans le seul but de camoufler des violences, des infidélités et des avoirs ainsi que de « gagner » la possession du ou des enfants, ce dont les adeptes du SAP tirent bénéfice ;

ATTENDU QUE, comme l’illustre le documentaire du Public Broadcasting System Breaking The Silence, The Children’s Stories, la violence et le dysfonctionnement atteignent des niveaux épidémiques dans notre appareil judiciaire, où des juges convaincus d’avance répètent la doctrine sans fondement de Richard Gardner et formulent des recommandations ayant force obligatoire de concert avec des thérapeutes et des avocats acquis à la thèse du SAP ;

ATTENDU QUE la nouvelle édition 2006 révisée du guide « Navigating Custody and Visitation Evaluations in Cases with Domestic Violence : A Judge’s Guide », publié par le National Council of Juvenile and Family Court Judges, inclut un énoncé qui condamne vigoureusement le recours a SAP, qualifié de syndrome « discrédité » qui favorise les agresseurs d’enfant dans les litiges de garde ;

IL EST DONC RÉSOLU QUE la National Organization for Women (NOW) dénonce le syndrome d’aliénation parentale et recommande que tout professionnel dont l’énoncé de mission comprend la protection des femmes et des enfants dénonce son utilisation comme contraire à l’éthique, inconstitutionnelle et dangereuse.

(Traduction : Martin Dufresne)

Source : Site de NOW.

In English.

-  Lire également la rubrique sur le SAP et la brève "Aliénation parentale - article sur un subterfuge des pères agresseurs".

Mis en ligne sur Sisyphe, le 24 octobre 2006
© Sisyphe 2002-2007

Jacques

  • Administrateur
  • Néophyte
  • *****
  • Messages: 29
    • E-mail
Falsification partielle toujours possible...
« Réponse #11 le: juin 03, 2007, 10:45:03 am »
http://www.cmaq.net/fr/node.php?id=18097
Citation
Sujet:     Monologue classique    
Auteur:    martin dufresne
Date:    Dim, 2004-09-12 11:43

Classique, la passe de se présenter comme victimisé pour invalider d'avance toute critique ...
Martin Dufresne
   
   
      
   
   
Sujet:    Bassesse    
Auteur:    martin dufresne
Date:    Dim, 2004-09-12 17:34

L'anonymat permet vraiment toutes les bassesses, comme la lâcheté du CMAQ à afficher régulièrement de telles attaques personnelles.
Son commentaire est tout de même assez révélateur. Que nous dit "Casanova" (Rémi Tremblay), sinon
que tout-e survivant-e d'agression sexuelle dans l'enfance doit être discrédité-e a priori?
Il ne saurait signer plus clairement son adhésion à une vision du monde et une politique de soutien aux violeurs, bref, masculiniste.

Martin

Falsification partielle toujours possible : que l'aveu soit prouvé, implicite à défaut d'être explicite, ne prouve pas entièrement la véracité du fait invoqué. Trop nombreuses sont les falsifications de biographie par les féminazi(e)s, comme du reste par tous les autres paranoïaques et tous les autres perver(se)s, pour que nous prenions cette allégation pour de l'argent comptant.

Bien au contraire, cette façon de distiller l'information de façon détournée, lui donne une crédibilité à bon compte, qui lui permet de dissimuler bien d'autres choses, sans doute bien moins avouables. C'est un fait courant chez les militantes féminazies de se poser ainsi en victimes de la violence et de la perversité des autres, pour garantir une impunité et une justification à leurs exactions et leurs crimes. Martin D....... distille ainsi un "Il existe au moins une personne qui m'a fait souffrir de ses abus". Or chez eux il n'existe pas de différence perçue entre le quantificateur existentiel "il existe au moins un" et le quantificateur universel "tous", une seule existence invoquée, cela les encourage à propagander "Donc tous les mâles, tous les pères sont tous des abuseurs et violeurs ! A mort les pères !".

Tandis qu'un aveu est tellement répétitif chez Martin D....... qu'il nous crève les yeux : il passe sa vie à dénier le dressage des enfants comme aide-bourreaux d'un de leurs parents. Le déni de réalité a toujours une structure, qui est vite facilement lisible par l'homme de métier.
Voir l'un des exemples les plus récents :
 http://sisyphe.org/article.php3?id_article=2437
recopié à http://deonto-famille.info/index.php?topic=27.msg169#new

Dans un autre article à venir sur http://deonto-famille.info je détaillerai la faute professionnelle commise par Richard Gardner : donner un baptème spécial qui donne l'air savant et psychiatrique, au lieu de rester au langage courant, pour désigner une conduite perverse, criminelle envers les enfants, les dresser comme aide-bourreaux de l'autre parent, ou d'un de leurs parents, ou des deux parents (cas signalé plusieurs fois, où les instigateurs et corrupteurs sont un des couples de grands-parents).
Du coup, avec des observations exactes des faits réels, Gardner a formé l'amorce d'une fausse science, totalement isolée, coupée du restant de la psychopathologie.

Pourquoi a-t-il commis cette faute professionnelle ? Je présume que c'est par instinct territorial, pour poser une marque de territoire.
Il suffisait que parmi les militant(e)s victime de ce dressage de leurs enfants contre eux, se trouvassent d'autres despotes paranoïaques, eux aussi en mal de panache narcissique et de territoire, pour que se constituassent des sectes autour du S.A.P.
Fausse science contre fausse science, despotisme contre despotisme : "études féministes" contre resserrement frileux autour du territoire S.A.P...

Bref, l'un des gros inavouables dissimulés par Martin D....... est bien son dressage comme aide-bourreau d'un de ses parents (son pôpa), par l'autre parent (sa môman).

Au moins un autre inavouable ? Oui, Erin Pizzey l'a révélé clairement : ces dissimulations et ce militantisme paranoïaque et sexiste, bin ça rapporte du pognon, c'est un excellent moyen pour pomper l'argent public.

Deux gros inavouables dont on redoute le dévoilement, dont l'un parfaitement actuel, hé bien voilà, nous avons les ingrédients nécessaires pour entrer en paranoïa, et y demeurer pour le restant de ses jours.
« Modifié: octobre 21, 2009, 11:50:24 am par Jacques »

Jacques

  • Administrateur
  • Néophyte
  • *****
  • Messages: 29
    • E-mail
En Martin Dufresne dans le texte...
« Réponse #12 le: juin 07, 2007, 05:42:17 am »
Citation
Bienvenue sur le site de la coalition anti-masculiniste.



La Coalition anti-masculiniste est un rassemblement d'individus travaillant depuis quelques mois à organiser la résistance, face à la mouvance masculiniste en général, mais plus spécifiquement face au Deuxième Congrès Parole d'Hommes, qui polluera les locaux de l'Université de Montréal du 22 au 24 avril prochain.

Plusieurs groupes militants (liste partielle affichée dans la section des liens) ont déjà manifesté leur appui à la coalition en adhérant à sa plate-forme (reproduite plus bas sur cette page).

Visitez la section "documents" du site pour des détails supplémentaires, notamment pour consulter l'horaire d'une journée d'activités et de réflexions que nous organisons le Samedi 23 avril à l'UQÀM - lieu prévu à l'origine pour la tenue du Congrès masculiniste mais dont les organisateurs furent chassés grâce à la pression des gens du milieu.



Plate-forme de la coalition anti-masculiniste

(Cliquez ici pour une version imprimable)    (Pour adhérer à cette plate-forme, cliquez ici)

Nous sommes une coalition d’individu-e-s féministes et pro-féministes qui vise à dénoncer, dans un contexte de la montée de la droite, de l'extrême droite et du relativisme politique, les discours et actions réactionnaires cherchant à dénigrer et à détruire les acquis sociaux gagnés par les femmes, pour les femmes.

1.  Le masculinisme : une mouvance de droite
Nous nous opposons au masculinisme. Le masculinisme est une mouvance réactionnaire qui s'oppose au changement social porté par le mouvement féministe. Il défend une vision traditionnelle de la famille et des rapports sociaux entre les sexes. Nous rejetons ces valeurs conservatrices et luttons pour l'émancipation des femmes et des hommes hors du carcan patriarcal. Certains masculinistes se cachent sous des dehors conciliateurs, et disent souhaiter repenser la place des hommes dans la société. Cependant, il ne faut pas être dupe de ce discours dilué et aller directement à la source. Par exemple, dans le cas du congrès Paroles dÂ’hommes, qui dit souhaiter promouvoir une «harmonisation des relations hommes - femmes en établissant de nombreux liens entre groupes féministes et groupes hoministes », le président, Yvon Dallaire, clame ouvertement dans ses propres écrits sa défiance,  voire sa haine des féministes, et légitimise la violence faite aux femmes. Qu'on le nomme masculinisme ou hominisme, ou quÂ’on tente de le faire passer sous couvert dÂ’un discours de gauche, pour nous ce mouvement reste le même, un mouvement réactionnaire, rétrograde, voire misogyne et anti-féministe.

2. Le masculinisme, un renforcement du patriarcat

Le discours masculiniste est multiple, fortement stéréotypé et met souvent de l’avant une vision du genre masculin axée sur la virilité, l’agressivité, le contrôle et le machisme tandis que les femmes devraient, par « nature », être douces, compréhensives, et surtout, obéissantes. Plusieurs masculinistes défendent une définition rigide du rôle des hommes et des femmes, et considèrent le lesbianisme et l’homosexualité comme une anomalie et un affront à la nature.

3. L'égalité : toujours un objectif

L'égalité entre les sexes n'a pas été atteinte et les hommes occupent toujours une place dominante dans la société et non pas, comme les masculinistes tentent de le faire croire, un statut de victimes face aux femmes. Doit-on rappeler qu'aujourd'hui encore, des écarts de salaires persistent toujours entre les hommes et les femmes, que l'analphabétisme, la pauvreté et la dépression sont toujours plus marqués chez ces dernières, que le travail domestique continue toujours d’être assigné aux femmes, et que la quasi totalité des victimes d'agressions à caractère sexuel sont des femmes ? L'oppression systémique des femmes est toujours bien réelle et l'égalité, toujours un objectif.

4. Les hommes ne sont pas des victimes

Il n'existe pas un nouveau système social qui infériorise les hommes. Nous rejetons l'idée que le féminisme aurait créé un apartheid sexiste anti-mâle comme l'affirme généralement le mouvement masculiniste. Ainsi, ce dernier tente de nous faire croire que les droits des femmes ont engendré la discrimination et la domination des hommes.  Nous affirmons, au contraire, que les droits des femmes ont heureusement changé le modèle de la  famille traditionnelle qui imposait aux hommes et aux femmes des rôles sociaux rigides calqués sur les stéréotypes sexuels, rôles sociaux encore trop souvent reproduits dans notre société.  Affirmer que ce changement discrimine les hommes, c'est affirmer vouloir retourner à une société conservatrice.

5.  Le mythe du naturel

Afin de pousser leur agenda conservateur, certains masculinistes expliquent et justifient la division sexuelle du travail et des rôles de chaque genre comme étant naturels, innés, donc inaltérables. Ils nient le processus de socialisation et de construction sociale à l’origine de cette division. Par le fait même, les masculinistes tentent de consolider le rôle prédominant des hommes dans les domaines de pouvoir et d’influence tels que la politique, au nom du naturel et au détriment de l’égalité.

6.  La violence : une réalité

La violence conjugale, et plus largement la violence faite aux femmes, est toujours une plaie dans notre société.  Dans la grande majorité, voire la quasi totalité des cas, ce sont les femmes qui en sont victimes et les hommes, les agresseurs. Ainsi, nous considérons que la violence masculine est un outil de sanction visant à rappeler aux femmes leur rôle dans le système patriarcal. C'est un fait social inacceptable qu'il faut enrayer et nous rejetons vigoureusement les propos affirmant que cette violence serait naturelle ou symétrique. Rappelons que certains masculinistes vont jusqu'à légitimer cette violence.

7. Avortement, contraception : libres et gratuits

Plusieurs masculinistes réclament des droits sur le ventre des femmes. Nous sommes déterminé-e-s à lutter contre la contrainte à la maternité, à défendre et renforcer l'accessibilité et le droit à l'avortement et aux moyens de contraception. Pour nous, le libre choix des femmes de contrôler leur corps est sous tous les points de vue une clé essentielle à leur émancipation.

8. Vernis scientifique

Afin d’opposer la pseudo-oppression de certains hommes à l‘oppression des femmes, les masculinistes ont souvent recours à l’utilisation de statistiques douteuses et hors contexte, en plus de créer des concepts de toutes pièces (ex.: syndrome du faux souvenir, violence conjugale symétrique). Bien qu’il existe des hommes en difficulté, il est malhonnête de considérer ces problèmes comme étant aussi importants que ceux que vivent les femmes. Nous dénonçons vigoureusement cette attitude qui a pour effet une déresponsabilisation totale des hommes face à l’oppression des femmes.

Conclusion

Voila pourquoi nous opposons au masculinisme par le biais d’une analyse féministe radicale, identifiant un système économique, politique et social qui se nomme patriarcat. Ce système institutionnalise la domination des hommes sur les femmes. Les solutions aux problèmes sociaux des femmes et des hommes se trouvent selon nous du coté du féminisme radical, de l'abolition du patriarcat et de la redéfinition des rapports sociaux de sexes.

http://www.antipatriarcat.org/antimascu/
« Modifié: octobre 21, 2009, 11:49:03 am par Jacques »

Jacques

  • Administrateur
  • Néophyte
  • *****
  • Messages: 29
    • E-mail
"Fou furieux", de notoriété publique...
« Réponse #13 le: juin 08, 2007, 10:20:38 am »
De notoriété publique :
Citation
Dufresne n'est pas seulement en guerre contre le S.A.P. mais contre les hommes en général. Heureusement qu'il est considéré comme un fou furieux par le gouvernement au Québec.
3 juin 2007. Fil http://www.quebec-politique.com/index/post-135715.html#135715

Citation
Citation
Le Martin Dufresne fait quoi concrètement?

Martin Dufresne tient depuis plus de 30 ans un discours ultra-misandre et généralisant sur tout les hommes. Pour ceux qui ne connaissent pas Dufresne, c'est un féministe ultra radical qui milite contre les services aux hommes depuis 30 ans. Il est tellement radical que même le conseil du statut de la femme a refusé de s'associer à lui lors de la consultation avant l'écriture du rapport du CSF sur l'égalité homme/femme.

Il est banni de la plupart des groupes de femmes qui le fuient comme la peste tellement il a mauvaise réputation. Il fallait le voir en commission parlementaire demander qu'aucun homme ne soit inclus dans un éventuel conseil de l'égalité. La raison de sa haine envers son propre sexe est qu'il s'est fait abuser sexuellement par son père dans son enfance et il a projeté sa haine sur tout les hommes. Il l'a même avoué publiquement à Claire Lamarche dans le temps.

Heureusement que Dufresne a été banni par tout instance gouvernementale il y a plusieurs années. Les hommes comme Dufresne au Québec on peut pratiquement les compter sur nos doights et ils ont tous de graves problèmes psychologiques qui leur font détester leur propre sexe.

Tu peux aller lire ces textes ultra sexistes sur son site qu'il partage avec Yannick Demers : http://www.antipatriarcat.org/
http://www.quebec-politique.com/index/post-136704.html#136704
« Modifié: mars 28, 2010, 03:55:05 am par Jacques »

Jacques

  • Administrateur
  • Néophyte
  • *****
  • Messages: 29
    • E-mail
En Martin Dufresne dans le texte, discuté par les québécois
« Réponse #14 le: juin 19, 2007, 12:25:11 am »
Les falsifications de statistiques canadiennes par Martin Dufresne sont discutées par les québécois :

http://www.quebec-politique.com/index/topic-8941.html

 

Recent

Membres
Stats
  • Total des messages: 659
  • Total des sujets: 308
  • En ligne aujourd'hui: 7
  • Record de connexion total: 22
  • (avril 24, 2017, 12:18:33 am)
Membres en ligne
Membres: 0
Invités: 5
Total: 5