* * *
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.
Avez-vous perdu votre e-mail d'activation ?
avril 26, 2017, 10:29:04 am

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

3 Invités, 0 Membres

Auteur Sujet: Le fallacieux concept d'estime de soi  (Lu 4559 fois)

Jacques

  • Administrateur
  • Néophyte
  • *****
  • Messages: 29
    • E-mail
Le fallacieux concept d'estime de soi
« le: août 07, 2006, 11:43:18 pm »
Commençons par payer nos dettes morales : oui, le livre de Lelord et André, de titre "L'estime de soi", paru chez Odile Jacob, est un bon livre, et leur concept est certainement supérieur à rien du tout pour l'analyse des faits.

Ce livre est rédigé de telle façon qu'il est facile de le récupérer dans un usage pervers, et les auteurs semblent n'avoir jamais pensé aux usages pervers couramment pratiqués par la bourgeoisie, leur manière de faire flèche de tout bois pour abattre son prochain.

D'une part l'énoncé même du concept est fallacieux car strictement individuel, et non pas relationnel. Si l'on rétablit un peu de dialogique dans ce discours d'expert, il faut donner la parole à ceux qui sont stigmatisés comme "ayant une basse estime de soi".

D'autre part, prenons leur analyse de scènes de ménage, et leur thèse centrale : "Le but de la scène de ménage est de ramener l'estime de soi de l'autre à de justes proportions". Ce qui postule subrepticement que l'agresseur, celui qui prend l'initiative de la querelle, est celui qui est en position injustement inférieure. Vision bien égalitaire, bien angélique !

Dans les corpus d'observations dont nous disposons, la réalité est bien éloignée de cet angélisme égalitaire.

Dans les cas réels dont nous disposons, c'est le dominant qui prend l'initiative des scènes de ménage, qui agresse le dominé chaque fois que celui-ci semble pouvoir échapper à sa position inférieure. Son obsession est de vérifier "M'obéit-il ? Est-il soumis ? Reprenons la terreur, elle est nécessaire !"

Dans les cas réels dont nous disposons, la basse estime de soi est l'internalisation d'une basse estime par les persécuteurs familiers. C'est la basse confiance, ou la haute défiance envers la méchanceté et la fourberie de vos proches, notamment de vos père et mère.

Si vous cessez de regarder le malheureux qui est maintenant dans votre cabinet, mais pensez à aller écouter la violence des réactions de ceux qui s'indignent de ses débuts d'autonomisation, de ses débuts de pensée autonome, non télécommandée, alors vous percevrez que ce que vous nommez "basse estime de soi" est en réalité principalement relationnel : anticipation des punitions que l'on subira si l'on ose exister comme personne distincte et ayant droit à un épanouissement propre. Autrement dit, cette anticipation appartient à ce qu'un clinicien appellerait le "groupe intérieur" : la représentation interne des personnes significatives de l'entourage.

Ce livre reflète une lacune dans la formation professionnelle de ces deux psychiatres, qui pourtant ont largement pris la peine de dépassr les limitations de l'enseignement reçu en faculté : leur pensée n'est pas groupiste, mais strictement individualiste, et cela suffit à la rendre irréaliste. Contrairement aux médecins psychiatres, les psychologues, eux, reçoivent une formation à la psychologie de groupe, à la vie affective des groupes et des familles.

De la même manière que ceux qui rédigent une loi pénale devraient penser à l'usage qu'en feront les maîtres-chanteurs, et prendre des précautions contre ces prochains détournements de loi, ceux qui popularisent des concepts abusivement individualistes comme celui de l'estime de soi, devraient penser aux détournements pervers qui ne manquent pas d'en être faits.

Car il faut arrêter de rêver : dans le monde réel, des persécuteurs réels ont déjà récupéré Lelord et André pour en faire un usage terroristement correct, pour culpabiliser les victimes de leurs agressions.
« Modifié: avril 08, 2010, 02:46:18 am par Jacques »

Jacques

  • Administrateur
  • Néophyte
  • *****
  • Messages: 29
    • E-mail
Re : Le fallacieux concept d'estime de soi
« Réponse #1 le: octobre 25, 2007, 05:44:25 pm »
http://www.sciam.com/article.cfm?articleID=000CB565-F330-11BE-AD0683414B7F0000&pageNumber=1&catID=2

Exploding the Self-Esteem Myth

December 20, 2004
         
Boosting people's sense of self-worth has become a national preoccupation. Yet surprisingly, researchshows that such efforts are of little value in fostering academic progress or preventing undesirable behavior
      
By Roy F. Baumeister, Jennifer D. Campbell, Joachim I. Krueger and Kathleen D. Vohs
      

People intuitively recognize the importance of self-esteem to their psychological health, so it isn't particularly remarkable that most of us try to protect and enhance it in ourselves whenever possible. What is remarkable is that attention to self-esteem has become a communal concern, at least for Americans, who see a favorable opinion of oneself as the central psychological source from which all manner of positive outcomes spring. The corollary, that low self-esteem lies at the root of individual and thus societal problems and dysfunctions, has sustained an ambitious social agenda for decades. Indeed, campaigns to raise people's sense of self-worth abound.

Consider what transpired in California in the late 1980s. Prodded by State Assemblyman John Vasconcellos, Governor George Deukmejian set up a task force on self-esteem and personal and social responsibility. Vasconcellos argued that raising self-esteem in young people would reduce crime, teen pregnancy, drug abuse, school underachievement and pollution. At one point, he even expressed the hope that these efforts would one day help balance the state budget, a prospect predicated on the observation that people with high self-regard earn more than others and thus pay more in taxes. Along with its other activities, the task force assembled a team of scholars to survey the relevant literature. The results appeared in a 1989 volume entitled The Social Importance of Self-Esteem, which stated that "many, if not most, of the major problems plaguing society have roots in the low self-esteem of many of the people who make up society." In reality, the report contained little to support that assertion.

The California task force disbanded in 1995, but a nonprofit organization called the National Association for Self-Esteem (NASE) has picked up its mantle, aiming (according to its mission statement) to "promote awareness of and provide vision, leadership and advocacy for improving the human condition through the enhancement of self-esteem." Vasconcellos, now a California state senator, is on the advisory board.

Was it reasonable for leaders in California to start fashioning therapies and social policies without supportive data? Perhaps so. After all, practicing psychologists and lawmakers must deal with the problems facing them, even before all the relevant research is done. But one can draw on many more studies now than was the case 15 years ago, enough to assess the value of self-esteem in several spheres. Regrettably, those who have been pursuing self-esteem-boosting programs, including the leaders of NASE, have not shown a desire to examine the new work, which is why the four of us recently came together under the aegis of the American Psychological Society to review the scientific literature.

In the Eye of the Beholder

Gauging the value of self-esteem requires, first of all, a sensible way to measure it. Most investigators just ask people what they think of themselves. Naturally enough, the answers are often colored by the common tendency to want to make oneself look good. Unfortunately, psychologists lack any better method to judge self-esteem, which is worrisome because similar self-ratings of other attributes often prove to be way off. Consider, for instance, research on the relation between self-esteem and physical attractiveness.

Some findings even suggest that artificially boosting self-esteem may lower subsequent academic performance.

Several studies have explored correlations between these qualities, generally finding clear positive links when people rate themselves on both properties. It seems plausible that physically attractive people would end up with high self-esteem because they are treated more favorably than unattractive ones--being more popular, more sought after, more valued by lovers and friends, and so forth. But it could just as well be that those who score highly on self-esteem scales by claiming to be wonderful people all around also boast of being physically attractive.

In 1995 Edward F. Diener and Brian Wolsic of the University of Illinois and Frank Fujita of Indiana University South Bend examined this possibility. They obtained self-esteem scores from a broad sample of the population and then photographed everybody, presenting these pictures to a panel of judges, who evaluated the subjects for attractiveness. Ratings based on full-length photographs showed no significant correlation with self-esteem. Head-and-shoulders close-ups fared slightly better, but even this finding is dubious, because individuals with high self-esteem might take particular care to present themselves well, such as by wearing attractive clothing and jewelry. The 1995 study suggests as much: when the judges were shown pictures of just the participants' unadorned faces, the modest correlation between attractiveness and self-esteem fell to zero. In that same investigation, however, self-reported physical attractiveness was found to have a strong correlation with self-esteem. Clearly, those with high self-esteem are gorgeous in their own eyes but not necessarily so to others.

This discrepancy should be sobering. What seemed at first to be a strong link between physical good looks and high self-esteem turned out to be nothing more than a pattern of consistency in how favorably people rate themselves. A parallel phenomenon affects those with low self-esteem, who are prone to floccinaucinihilipilification, a highfalutin word (among the longest in the Oxford English Dictionary) but one that we can't resist using here, it being defined as "the action or habit of estimating as worthless." That is, people with low self-esteem are not merely down on themselves; they are negative about everything.

This tendency has certainly distorted some assessments. For example, psychologists once thought that people with low self-esteem were especially prejudiced. Early studies, in which subjects simply rated groups to which they did not belong, seemingly confirmed that notion, but thoughtful scholars, such as Jennifer Crocker of the University of Michigan at Ann Arbor, questioned this conclusion. After all, if people rate themselves negatively, it is hardly proper to label them as prejudiced for rating people not like themselves similarly. When one uses the difference between the subjects' assessments of their own group and their ratings of other groups as the yardstick for bias, the findings are reversed: people with high self-esteem appear to be more prejudiced. Floccinaucinihilipilification also raises the danger that those who describe themselves disparagingly may describe their lives similarly, thus furnishing the appearance that low self-esteem has unpleasant outcomes.

Given the often misleading nature of self-reports, we set up our review to emphasize objective measures wherever possible--a requirement that greatly reduced the number of relevant studies (from more than 15,000 to about 200). We were also mindful to avoid another fallacy: the assumption that a correlation between self-esteem and some desired behavior establishes causality. Indeed, the question of causality goes to the heart of the debate. If high self-esteem brings about certain positive outcomes, it may well be worth the effort and expense of trying to instill this feeling. But if the correlations mean simply that a positive self-image is a result of success or good behavior--which is, after all, at least as plausible--there is little to be gained by raising self-esteem alone. We began our two-year effort to sort out the issue by reviewing studies relating self-esteem to academic performance.

School Daze

At the outset, we had every reason to hope that boosting self-esteem would be a potent tool for helping students. Logic suggests that having a good dollop of self-esteem would enhance striving and persistence in school, while making a student less likely to succumb to paralyzing feelings of incompetence or self-doubt. Early work showed positive correlations between self-esteem and academic performance, lending credence to this notion. Modern efforts have, however, cast doubt on the idea that higher self-esteem actually induces students to do better.


http://www.sciam.com/print_version.cfm?articleID=000CB565-F330-11BE-AD0683414B7F0000
« Modifié: octobre 25, 2007, 05:45:22 pm par Jacques »

Jacques

  • Administrateur
  • Néophyte
  • *****
  • Messages: 29
    • E-mail
«Conflit sain, contre conflit pathologique.»
« Réponse #2 le: octobre 26, 2007, 03:58:17 am »
«Conflit sain, contre conflit pathologique.»
Écrit par synapse
Le 29/06/2000 @ 08:00

   Conflit sain, contre conflit pathologique.

    JÂ’emprunte lÂ’essentiel à Christophe André et François Lelord : LÂ’estime de soi (Ed. Odile Jacob). JÂ’adapte la présentation, car les tableaux ne passent pas ici.
    A quoi servent les disputes dans un couple ? Par exemple à ramener lÂ’estime de soi du conjoint à de plus justes proportions. Sainement menés, les conflits permettent de faire évoluer la situation. A leur issue, personne ne se sent humilié ni nié.
    Au contraire, les conflits maladifs reviennent avec une fréquence insistante, ne débouchent sur aucune solution, et servent à des agressions féroces contre lÂ’estime de soi dÂ’un des participants.
    Je vous ferai grâce des coups bas (reportez-vous au livre, voire à votre environnement familier...).

    Je déplie le tableau, en lÂ’adaptant :

    Conflits normaux :
    Objectif : faire évoluer le comportement du partenaire.
    Les émotions sont exprimées de manière directe à la première personne : « Je suis en colère. »
    Ils sont tournés vers la recherche de solutions : « Que peut-on faire ? ».
    Les critiques sont centrées sur les comportements : « Quand tu fais cela, cela me pose un problème », afin de les corriger.
    Le partenaire nÂ’est pas disqualifié. Le sujet se requalifie.
    Le conflit a une fin : pas de bouderies, pas de vengeances.
    Le conflit permet de rééquilibrer les rapports de force entre les conjoints. A lÂ’issue du conflit, les gains et les pertes sont partagés.

    Conflits pathologiques :
    Objectif : ruiner lÂ’estime de soi du partenaire, lui faire endosser lÂ’opinion exécrable que lÂ’on a de lui.
    La responsabilité des émotions est attribuée au conjoint : « CÂ’est toi qui me rend malade ».
    Ils sont tournés vers lÂ’accusation, lÂ’accablement de lÂ’autre sous la faute quÂ’on lui attribue.
    Les critiques sont centrées sur les personnes : « Tu es vraiment nul(le) ! », et fuient tout objectif de modifications de comportements... qui risqueraient de mettre fin au conflit.
    Le sujet néglige de se qualifier lui-même, tout occupé à disqualifier son partenaire.
    Le conflit est ressassé et renaît sans arrêt de ses cendres : « Il y a trente ans, tu as dit à un tel que ... »
    Le conflit sert à déséquilibrer les rapports de force entre les conjoints : il sert à confirmer la dominance de lÂ’un, ou à la restaurer. De toutes façons il en sortira une domination, ou un « pat », jamais une reconnaissance de lÂ’identité ni des sentiments de lÂ’autre.

    Par expérience personnelle de telles relations pathologiques, jÂ’ajouterai que le conflit sain est tourné vers la vie et les vivants, pour se restaurer un espace de vie menacé. Le conflit sans issue, lui, est dirigé par les morts, et par le deuil quÂ’on nÂ’en sait pas faire. Le noiseur cherche à mortifier le conjoint vivant, dont la vie même et les talents font de lÂ’ombrage à ses propres parents morts ou vieillissants. Le noiseur ne veut surtout pas connaître qui il est lui-même, et encore moins qui est lÂ’autre; il lui suffit que lÂ’autre soit un portemanteau à sa disposition, pour y accrocher ses fantasmes hostiles, une victime expiatoire bien pratique pour un sacrifice humain, par dépit de nÂ’avoir pas pu conquérir son papa, quand il était si beau, quand il avait trente-six ans, et la petite fille cinq ans.

    Avec mon expérience, jÂ’ajouterais une troisième sorte, hybride : le conflit-fuite dissymétrique :
    A - Pourquoi augmentes-tu constamment les punitions à mon égard ?
    B - Mais tu es complètement fou ! Je nÂ’ai jamais rien fait de tel !
    A - Ah ? Et alors hier, quand tu as fait (), et lundi dernier, quand tu as fait (), je rêve ?
    B - Non mais heureusement ! Et cÂ’est bien fait pour toi ! Où en serait-on si je ne lÂ’avais fait ! CÂ’est parce que tu veux que () ! Hein, cÂ’est ça que tu veux !
    A - CÂ’est moi qui dis ce que je veux, et ce nÂ’est pas toi.
    B - Et puis tu nÂ’as même pas été capable de tenir une seule promesse !
    A - Lesquelles ?
    (...)
    A - Et concernant ton augmentation constante des brimades à mon égard ?
    B - CÂ’est de ta faute ! En telle année, tu as () !
    A - Cet incident ne sÂ’est jamais reproduit.
    B - Et en telle année (trois ans plus tôt), tu as ().
    A - Erreur. Ceci ne mÂ’est pas imputable. Tu confonds avec
    B (interrompant) - Oui mais, quand () (on est encore cinq ans plus tôt) .. !
    (...) de fuite en fuite, on en est arrivés vingt et un ans plus tôt, et B a les yeux exorbités par la fureur et la panique.
    A - Nous nÂ’avons exploré aucun point. A chaque difficulté dans tes accusations, tu tÂ’es enfuie plus loin dans le passé, me jeter à la tête un nouveau grief, qui ne mÂ’est pas toujours imputable. Tu me reproches de ne prononcer quÂ’une seule phrase à la fois. Pendant que jÂ’en prononce une sur un sujet, tu me reproches de nÂ’en pas prononcer trois autres sur trois autres sujets.
    Et concernant lÂ’augmentation constante des brimades, ici et maintenant ?
    B - Ça veut dire que tu as toujours raison !
    (B sÂ’enfuit.)

    Conclusion digne de La Palisse : désapprenez les conflits pathologiques, veillez à mener à bien les conflits sains et vitaux.

    Jacques

« Modifié: avril 07, 2010, 02:56:57 pm par Jacques »

 

Recent

Membres
Stats
  • Total des messages: 659
  • Total des sujets: 308
  • En ligne aujourd'hui: 4
  • Record de connexion total: 22
  • (avril 24, 2017, 12:18:33 am)
Membres en ligne
Membres: 0
Invités: 3
Total: 3