* * *
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.
Avez-vous perdu votre e-mail d'activation ?
décembre 12, 2019, 03:55:14 am

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

5 Invités, 0 Membres

Auteur Sujet: Maurice Hurni à la Centrale suisse contre le mobbing. 1.  (Lu 4571 fois)

Jacques

  • Administrateur
  • Néophyte
  • *****
  • Messages: 29
    • E-mail
Maurice Hurni à la Centrale suisse contre le mobbing. 1.
« le: février 15, 2007, 02:36:52 am »
Par Maurice Hurni lui-même :
http://www.mobbing-zentrale.ch/referat%20hurni-stoll.htm

Centrale suisse contre le mobbing

  Relation perverse et mobbing

 

Dres Maurice Hurni und Giovanna Stoll

Psychiatres et psychothérapeutes FMH

Cabinet médical : Rue Bellefontaine 2, CH-1003 Lausanne

Je suis vaudois. Giovanna Stoll et moi sommes deux psychiatres, psychothérapeutes à Lausanne. Nous avons commencé par faire des traitements de sexologie et c’est dans ce cadre que nous nous sommes intéressés à la dynamique de couple. Nous avons travaillé ce sujet qui était très peu connu, ici, et même en Europe et en Amérique. Progressivement nous en sommes venus à nous intéresser à des thèmes tels que la violence dans le couple, du point de vue psychologique. Dans les années soixante sont apparues ce qu’on appelé les thérapies familiales, qui s’intéressent non pas seulement à un patient, mais qui prennent toute la famille en compte et voient le patient comme bouc émissaire de problèmes qui se situent ailleurs.

Dans les années septante ont paru les travaux de Paul-Claude Racamier, un psychanalyste français qui s’est beaucoup intéressé à la dynamique familiale. Il en est venu à comprendre de plus en plus le thème de la violence dans la famille, c’est-à-dire à considérer le patient comme une victime de certaines forces adverses et de violences qui lui étaient faites au niveau psychologique et sexuel. Dans les années quatre-vingt, la violence commence à devenir un thème. On commence à parler de maltraitance, d’abus sexuel, d’inceste, d’abus narcissique. Giovanna Stoll et moi nous sommes beaucoup battus, à cette époque-là, pour défendre le concept de perversion narcissique. Beaucoup de gens avaient tendance à banaliser, à dire cela n’est pas grave, il ne faut pas être méchant avec eux.

A cette époque,  il y a eu très vite des dérapages : on a dit que c’était seulement les hommes qui étaient violents. On a trouvé des sortes de systèmes d’explication très simples, idéologiques. Finalement, dans les années nonante, cette violence commence à apparaître dans d’autres domaines que la famille et c’est alors que sont publiés les grands travaux sur le  bizutage, qui est un problème de groupe : on prend un bouc émissaire et on s’acharne sur lui. Ensuite sont venus les travaux de Heinz Leymann, (Psychoterror), Forester, etc. et finalement de Marie-France Hirigoyen, avec le harcèlement moral. Tous ces auteurs ont ceci de commun qu’ils soulignent la gravité du problème. Ce sont des problèmes très graves qui se cristallisent sur un individu et qui finissent par le rendre fou, malade et qui peuvent le conduire au suicide.

Dans ce domaine, on en est venu à penser qu’il fallait y avoir un recours à la loi pour sanctionner les personnes qui abusent de leur autorité, que ce soit le père, la mère, l’employeur. Cet appel à la loi, qui est souvent un appel véhément, très urgent, et un peu magique, est certainement justifié  mais la loi ne peut pas résoudre à elle seule tous les problèmes de violence dans la famille et dans les entreprises.

On aboutit à la descrïption de ces phénomènes avec des détails. On commence à savoir comment se passe le mobbing. On a passé de la violence physique à la violence psychologique. Et ce que je voudrais évoquer maintenant, ce sont les mécanismes psychologiques qui sont à la base du mobbing. Non pas les stratégies elles-mêmes, qui sont assez connues, maintenant, mais les moteurs qui animent ces violences, ces stratégies. On arrive en plein dans la perversion narcissique. La perversion narcissique, c’est le nom que le Paul-Claude Racamier a donné à cette pathologie parce qu’elle ressemble beaucoup à la perversion sexuelle, qu’elle a la même tendance à utiliser l’autre comme un objet à détruire, et cela avec jouissance. Mais au lieu de s’attaquer à la sexualité, ces pervers narcissiques s’attaquent à toute la personnalité de leur victime et principalement à ce qu’on appelle le narcissisme, c’est-à-dire l’estime de soi.

Giovanna Stoll et moi avons poursuivi ces travaux, particulièrement dans la dynamique de couple où nous avons vu que, souvent, ces pervers narcissiques se choisissent mutuellement et entrent dans une sorte d’opposition ou d’affrontement qui peut être très cruel, chacun essayant d’exploiter ou d’attaquer l’autre. Ils sacrifient souvent les enfants.

Nous allons passer en revue six thèmes qui caractérisent ce que nous avons trouvé dans ces familles perverses.


Le premier thème : la terreur ou le terrorisme

Tous les auteurs qui se sont intéressés à ces violences, notamment dans le domaine professionnel, sont parvenus à la conclusion suivante: il ne faut pas banaliser cette violence. Il faut au contraire percevoir à quel point cette violence est intense. Il faut voir qu’elle est une sorte de terrorisme qui s’attaque à l’essence de la personne et c’est seulement si on comprend cela qu’on comprend la facilité avec laquelle ces pervers arrivent à avoir, souvent, des positions dominantes dans la société, parce qu’ils terrorisent beaucoup de gens dans leur famille, autour d’eux et au travail. On comprend également qu’ils parviennent à des positions dominantes aussi dans des cercles politiques ou autres. Et tout cela de façon très cachée. Ce n’est pas un terrorisme violent, manifeste et démonstratif, c’est plutôt un terrorisme qui passe par des attitudes, des positions non verbales, des accords non verbaux, etc. et qui arrive à paralyser beaucoup de personnes. Et c’est seulement quand on comprend cette violence qu’on comprend également les effets dramatiques de cette violence sur les victimes, qui sont complètement démunies face à cette terreur. Et qui en arrivent parfois à des extrêmes.

 Cette violence a quelque chose de particulier, elle est aléatoire. C’est-à-dire qu’elle n’a pas une raison très claire. Tout le monde peut devenir violent si on lui marche sur le pied; on peut être furieux si on se sent blessé et on se défend. La violence dont on parle ici, c’est une violence gratuite. Une violence aléatoire. Par exemple, il y a avait une famille dont le père était alcoolique. Quand il rentrait, il réveillait toute la maison en hurlant. Il avait un fusil en mains et disait : « Maintenant, vous devez tous vous mettre sous la douche. » Les enfants devaient se mettre sous la douche froide. Il menaçait tout le monde avec son fusil. Dans une autre famille, une mère à chaque instant pouvait menaçer d’aller se suicider. « Si cela ne va pas, disait-elle, je me suicide. » Tout le monde, les enfants notamment, était dans une sorte de terreur.

Le problème de la mort est lié au problème du terrorisme. On le retrouve sous toutes sortes de variantes. Si on fait un parallèle avec le mobbing, c’est l’idée de l’exclusion du groupe. C’est là-dessus que jouent beaucoup de menaces, de chantages : « Soit tu es avec nous et à ce moment-là tu survis, soit tu es exclus du groupe et tu meurs. » chez les Barbares et les Grecs, les condamnés à mort étaient bannis. Le bannissement, c’était la même chose que la condamnation à mort. Cela met en route des pulsions très profondes telles que l’appartenance à une meute, à un groupe d’animaux. Un animal isolé, rejeté, ne peut souvent pas survivre sans les autres: il meurt. Et c’est ce rejet fondamental qui plane dans certaines entreprises, où  une sorte de terrorisme est exercé.


Le deuxième thème : l’expulsion des conflits

La vie est un long conflit, tout le monde l’a bien compris. Depuis la naissance, il y a des conflits partout, on doit se battre. Mais le pervers n’a pas les moyens d’assumer ses conflits, qui sont nobles, qui sont constitutifs de l’être humain. Il n’en a pas non plus l’envie, parce que cela le fait souffrir. Il dit : « Plutôt que moi, ce sont les autres qui vont souffrir. » A cet effet, il injecte le conflit chez les autres ou entre les autres. Il met le conflit dans le psychisme des autres. Par exemple, on voit, dans certaines familles, des parents qui injectent des deuils chez les enfants. « O mon chéri, comme tu es triste, tu es vraiment dépressif, il faut aller voir le psychiatre. » disent-ils. Cet enfant a le deuil du père ou de la mère  comme un toxique en lui; il ne peut s'en débarrasser. Cette exportation est redoutable parce qu'elle tend à diffuser. Celui qui a reçu un conflit qui n’est pas le sien a un seul désir, c’est de le passer comme une patate chaude à quelqu’un d’autre. La dynamique, c’est celle de l’extension et de la diffusion de plus en plus loin.

Cette dynamique fait que dans certaines entreprises, tout le monde se bagarre, mais on ne sait pas très bien pourquoi. Une équipe qui collaborait auparavant, tout à coup, a des conflits. Cela ne va plus. C’est cette expulsion qui se multiplie.

Il faut bien comprendre qu’ici il y a une diffusion à d’autres personnes, un peu comme une explosion nucléaire. Le pervers se sentira d’autant plus tranquille qu’il y aura plus de monde qui va être contaminé. Un sentiment de sécurité va résulter pour le pervers, qui jouit d’une sorte d’immunité. On voit dans certaines familles des suicides, des toxicomanies, de  l’anorexie, des accidents bizarres et les parents ne comprennent pas, ils vont très bien, ils partent aux Seychelles en vacances, ils profitent de la vie, et autour d’eux il y a beaucoup de catastrophes.

Cette propension à exporter les conflits est importante aussi pour une autre idée, c’est que le pervers aime les conflits. Les personnes normales n’aiment pas se disputer. Le pervers a besoin des conflits pour vivre. Il ne peut pas s’en passer. Cela a été une grande découverte.  Il faut comprendre cela  pour essayer de résoudre le conflit de manière efficace.


Le troisième thème : la déshumanisation

On sait que, pour le pervers, l’autre est une sorte d’objet qu’il va utiliser pour lui sans aucune culpabilité. Il se sent un droit sur l’autre. Le fait que l’autre ne soit pas content ne change rien à cette sorte d’axiome. « C’est moi, dit le pervers, qui possède ton âme. Je sais mieux que toi qui tu es, comment tu dois te conduire, ce qui est bien pour toi, etc. » Et il va l’obtenir en attaquant le narcissisme de l’autre, c’est-à-dire son estime de soi, sa valeur. L’autre devient un objet. Ces objets sont interchangeables entre eux et tous sont dépendants du pervers.

Le processus peut s’accompagner de désymbolisation. La dimension symbolique des rapports humains est une dimension que l’on ne réalise pas toujours mais qui est évidente pour tout le monde, qui est très importante. Tous nos actes, toutes nos personnes sont imbibés de cette dimension symbolique. Tous nos échanges sont des échanges symboliques. Le pervers n’a pas accès à cette dimension symbolique et va s’employer à rabaisser tous ces échanges, ou toutes ces identités à un niveau concret. Par exemple, une patiente qui avait eu un bébé avait dit, c’est trois kilos de viande.

Cette désymbolisation de l’être humain peut être très subtile. Un petit enfant avait fait un batmann en pâte à modeler. Et le papa avait dit, mais non, ce n’est pas un batmann, c’est de la pâte à modeler. Le père avait cassé le jeu. Et l’enfant avait beaucoup pleuré.

On retrouve quelque chose de cet ordre dans beaucoup d’attaques en cours dans le domaine de la médecine. Beaucoup de personnes nous appellent des fournisseurs de soins. C’est vraiment une vision épouvantable. Le patient est réduit à être un consommateur de soins. Nous avions autrefois un directeur de la santé publique du canton de Vaud qui disait « La santé n’a pas de prix, mais elle a un budget. »

On parle de scientifiques comme de cerveaux. Les gens deviennent des exécutants d’une tâche. Ils sont interchangeables. Le savoir, la réflexion ne valent plus rien. Ce n’est pas banal. Si on étudie les dénominations des fonctions dans une entreprise, on s’aperçoit qu’il y a d’énormes changements de dénominations. Ces dénominations étaient claires, dans le temps. Aujourd’hui, elles ne le sont plus. Qu’est-ce qu’un chef de projet ?


A suivre (coupé pour longueur excessive).
« Modifié: février 15, 2007, 02:40:41 am par Jacques »

Jacques

  • Administrateur
  • Néophyte
  • *****
  • Messages: 29
    • E-mail
Maurice Hurni à la Centrale suisse contre le mobbing. 2.
« Réponse #1 le: février 15, 2007, 02:40:20 am »
Le quatrième thème : l’attaque de la pensée

C’est ce que Racamier a appelé avec un peu d’humour le décervelage. La littérature surréaliste avait inventé ce terme. Vous vous souvenez de la machine à décerveler d’Ubu Roi.

Cette attaque à la pensée a été un registre auquel nous avons dû beaucoup nous intéresser dans les familles perverses. On s’est aperçu que la pensée est l’ennemie de la perversion. Le pervers ne supporte pas qu’il y ait réflexion, qu’il y ait une analyse, une pensée active et créative, qui, en général le menace. Le pervers est vide à l’intérieur et s’il y a quelqu’un qui dit « le roi est nu », il ne va plus y avoir cette possibilité de terroriser les autres.

Il y a beaucoup de façons de paralyser la pensée des gens. Il y a toutes sortes de stratégies qui ont été très bien décrites, notamment par exploitation des émotions : on peut envahir une personne, soit avec des flatteries, soit avec des menaces, soit les deux, en alternant le chaud et le froid. Il y a une autre manœuvre possible, qui est le paradoxe. C’est deux injonctions contradictoires simultanées. Le paradoxe est utilisé autant dans les entreprises que dans les familles. Une femme dit à son mari « Sois spontané » ou « Sois autoritaire ». En fait, ce mari ne peut l’être, c’est l’inverse qui se produit.

Il y a des paradoxes de tout genre. Ce sont des sortes de toxiques. Par exemple, dans le domaine de la santé, certains milieux veulent responsabiliser les patients. C’est un terme très répandu dans le canton de Vaud. En fait, c’est un paradoxe. On veut infantiliser les patients et éviter qu’ils aillent chez le médecin, parce que cela coûte trop cher.

Il y a d’autres techniques d'attaque  de la pensée, qui sont de rendre l’autre confus. Par exemple, dans certaines familles, la réalité n’est jamais attestée. Elle est toujours remise en question. Quelqu'un dit: "L'année dernière, nous sommes allés en vacances en Italie." L'un des parents dit: "Mais non, nous sommes allés en Autriche." On perd pied. On ne sait plus où on en est. Ce jeu avec la réalité devient terrible. J’avais une patiente qui prenait des notes, déjà toute petite, pour essayer de ne pas perdre pied. Sa mère disait « Mais non, je n’ai pas dit cela, tu inventes. » Ce sont des jeux terribles.

Il y a aussi la technique du décervelage, appliquée surtout dans les entreprises, qui nous sont racontées par les patients. Ce décervelage est amené par une sorte de langage bizarre. On utilise des termes qui ne veulent rien dire. On parle de synergie, de traumatisation, on utilise d’autres termes ronflants, qui en réalité  ne recouvrent rien du tout. Cela paralyse l’esprit, ce genre de slogans.

Ce qui est préoccupant, c’est qu’en réalité on veut faire passer une chose pour une autre . On se sert de termes pour masquer un vide. Dans un article paru dans la NZZ, il était question d’une mise au concours d’un poste de professeur à Zurich. Le texte de l’annonce avait été vidé de tout le volet humaniste. L’auteur de l’article était scandalisé du discours de cette mise au concours: „ Die Stellenbeschreibung war nicht in einer Landessprache abgefasst, sondern in einem soziologisch-kommunikationswischenschaftlichen Kauderwelsch.“ L’auteur de l’article relevait que ce type de langage est destiné à masquer le démantèlement du secteur humaniste de l’institut en quête du professeur. « On ne veut plus ce volet, mais on fait semblant de le vouloir. »


Le cinquième thème : l’attaque des liens

On a vu que le conflit était expulsé sur des personnes avec la destruction de leur narcissisme. Il est aussi expulsé sur les rapports entre les gens. S’il y a un lien de collaboration, de collégialité, de fraternité, le pervers va s’acharner à le détruire. Par exemple, dans les familles, les parents se posent en personnes rares en disant « Essayez de vous battre pour avoir mon amour. Celui qui sera le plus gentil aura mon amour. » Dans certaines entreprises, on observe une démarche semblable : on dit aux employés : « Si vous voulez garder votre poste, vous devez me séduire et me montrer que vous êtes mieux que votre voisin. » Dans les entreprises, ce stratagème vise le maintien du poste. Dans les familles, on peut jouer des jeux semblables pour l’argent. La pièce de théâtre « La chatte sur le toit brûlant » de Tennesse Williams  présente un exemple de terrorisme exercé par un membre de la famille pour de l’argent. On voit un grand-père pervers qui a deux enfants. Ces deux enfants et leurs conjoints se disputent pour avoir l’héritage du grand-père. Le grand-père manipule ses enfants. Il les dresse les uns contre les autres. Cela, c’est l’attaque des liens, mais c’est aussi, dans la ligne du décervelage, l’attaque des liens internes, parce qu’à  l’intérieur de nous, nous avons toutes sortes de parties, de registres différents, de registres symboliques: la mémoire, les souvenirs, les affects, qui doivent être constamment reliés. Une attaque à ses liens  rend la personne complètement confuse.

 
Le sixième thème : le lien vertical ou le lien historique

 C’est le lien généalogique ou de la filiation. Le fait que nous ne soyons pas notre propre créateur, mais qu’il y ait eu une histoire avec des étapes, avec d’autres personnages qui ont joué des rôles, représente le lien généalogique. Ce lien va être attaqué par le pervers et contesté. Il dira que tout ce qui est passé ne vaut rien, qu’il faut réinventer. Nous en arrivons là à des slogans très sadistes et très dangereux sur la nouveauté, le futur, mais qui visent surtout à déstabiliser l’institution ou la famille ou la personne en la déracinant, en lui enlevant sa légitimité historique.

Nous en arrivons à la perversion narcissique. C’était la découverte principale de Racamier. Il l’a appelée l’incestualité. Il y a parfois véritablement inceste, mais il y souvent surtout une grande promiscuité entre les générations, une grande érotisation des relations, une érotisation des enfants sur un niveau adulte, par exemple, pour des confidences sexuelles. Il n’y a aucune limite claire entre ce qui est de l’ordre des enfants et de l’ordre des adultes. Même géographiquement. Il n’y a pas de limite entre la chambre des parents et la chambre des enfants, entre la chambre des enfants et la salle de bains. Toutes les définitions sont brouillées. Le patient dit : « La salle de bain, c’est la bibliothèque. Et si les gens veulent me voir, ils viennent me voir pendant que je suis aux WC. » Ce sont des jeux qui sont joués avec les rôles, avec les identités, et aussi avec la hiérarchie et les autorités qui, ne sont plus des autorités clairement définies, qui éventuellement sanctionnent mais aussi réparent  ou définissent. Cela donne lieu à une autorité diffuse, à une autorité terroriste, un peu comme Big Brother, qui surveille tout, éventuellement avec des caméras, et qui donne un grand pouvoir au Big Brother, ou à la Big Mother, parce que les mères sont très puissantes, dans ces familles.

Nous voyons une certaine similitude avec certaines entreprises. Ce sont souvent des entreprises très séductrices. « Nous sommes tous des membres d’une même famille, nous allons nous entraîner ; moi je suis le coach, je ne suis pas le chef. » dit l’employeur. Il ne prend aucune responsabilité. Il se cache. Cette déresponsabilisation est très importante dans les familles incestuelles. Dans le sens qu’elle va jusqu’à dire que c’est l’enfant qui est venu. Ce n’est pas nous qui avons désiré l’enfant.

On a retrouvé cette déresponsabilisation, cette inversion des rôles par exemple dans le canton de Vaud où, pour faire des économies dans le domaine de la santé, il y a une dizaine d’années, on a initié une opération qu’on a appelé l’opération Orchidée. Un consultant  avait été mandaté. Il avait donné à tous les employés un questionnaire à remplir. L'une des questions  à laquelle il fallait répondre était « Quelle est votre mission dans l’entreprise ? » C’est retourner les choses. Quelqu’un a répliqué : « C’est à vous de savoir quelle est ma mission. Vous m’avez engagé. » Il avait remis les choses en place. Certaines entreprises demandent à leurs employés : «  Qu’est-ce que vous êtes capable d’apporter à notre institution ? »


Nous en arrivons à l’extension de ces réflexions au domaine du travail.

Il faut être prudent. Cette violence, parfois, on peut la transposer telle quelle de la famille à l’entreprise. Comme l’enfant victime dans la famille, on retrouve dans l’entreprise un employé victime dans le cadre de son institution, avec les mêmes pressions, les mêmes violences, le même acharnement sur lui. Mais parfois, c’est plus compliqué, c’est-à-dire que la victime devient elle-même partie prenante d’un système pervers : Elle est bien sûr victime, mais elle devient une victime très agissante. Elle se met à contribuer à entretenir cette violence perverse. Il faut être réaliste. Il y a certaines victimes qui abusent de leur statut de victime. Elles se sentent le droit à une réparation et ce sentiment les autorise selon elles à terroriser tout le monde. Elles disent: "J’ai droit à une réparation."

Cela peut se produire également dans le monde du travail. Il faut essayer de comprendre quelle est la place de la victime dans cette dynamique générale. Voici une histoire qui illustre ce problème et qui montre notre manière de l'approcher.

Quand des patients viennent nous consulter, nous voyons un reflet des conséquences du mobbing. Pour nous, il s’agit d’entendre cette souffrance et de pouvoir la situer dans un contexte psycho-social. C’est la première difficulté. La deuxième, c’est que souvent les patients évoquent les choses comme si c’était des banalités. Tout à coup, il y a une phrase qui surgit ou une situation qui est racontée, et à laquelle il faut être attentif. Le patient ne dramatise pas. Il ne voit pas l’importance de ce qu’il dit là. Un patient nous a dit : « Dans mon service, tout le monde bouffe des antidépresseurs » comme s’il disait « tout le monde va se promener à midi pour digérer. » C’est là qu’il faut être attentif. Petit à petit, ce patient a commencé à déceler qu’il était lui-même victime d’injonctions paradoxales. Il s’est aperçu qu’il avait à faire respecter des lois mais qu’en même temps on lui demandait de faire des exceptions en les prenant sur lui. Ainsi, il était constamment en position fragile. Il était en butte à des intimidations. Il s’est rendu compte également qu’il agissait de la même façon avec ses collaborateurs. En outre, il était aussi pris dans un conflit au niveau privé. La violence est apparue comme un problème.

La personne était prisonnière à la fois d’un réseau de bureau et au niveau privé. C’est le dévoilement de la dynamique elle-même qui a amené le dégagement.

Voici un exemple de système pervers pris dans l’actualité médicale. La révision de la LAMAL en cours devrait aboutir à l’idée que le généraliste va être un « gate keeper ». C’est l’idée que le patient doit passer par un généraliste pour aller voir, après, un spécialiste. Ce système a des qualités, mais aussi des effets assez pervers. Il est évident qu’il va y avoir un jeu de cache-cache. Le patient voudra avoir accès à des investigations, à des examens, à des opérations et le médecin, qui sera déguisé en agent d’assurance, essayera de dépister si le patient dit la vérité ou non ou s’il exagère. Le patient devra montrer qu’il a absolument besoin de scanner, etc. Voilà une façon de pervertir la relation entre médecin et malade.

Il y a des essais encore plus pervers. On a proposé que le médecin soit rétribué avec une somme fixe à l’année, d’où il doit prélever l’argent pour payer les examens qu’il indique pour son patient. Ainsi, s’il veut envoyer un patient faire un scanner, c’est lui qui doit le payer. Vous voyez le dilemme du médecin, qui dit : « J’ai ma voiture à payer, mais en même temps j’ai un patient qui a peut-être besoin d’un scanner, qu’est-ce que je fais ? » Et vous voyez aussi le dilemme du patient, qui dit « Si je vais faire un scanner, je vais coûter à ce médecin, mais j’ai besoin de lui et il va peut-être, après, m’en vouloir. » C’est un système organisé de façon perverse. Ce système monte le patient contre le médecin et inversement.

Nous en arrivons à la conclusion. Peut-on étendre ces réflexions sur le mobbing à des groupes, des hommes ou des femmes, des Noirs, des Juifs, à une nation entière, peut-être aux Suisses ? C’est une extension intéressante, à mon avis. Il peut y avoir aussi du sadisme collectif. Je pense au lynchage médiatique, par exemple. Les médias jouent un rôle très pernicieux de sadisme global.

Nous n’avons pas examiné comment il faudrait lutter contre ce genre d’abus. Peut-être l’une des façons de le faire serait-elle de diminuer la charge, l’importance du travail, qui est devenu une sorte d’obligation existentielle. Cela n’a pas toujours été le cas. En conclusion, je vais citer Nietzsche : « Leur frénésie du travail – le vrai vice du nouveau monde – commence déjà à ensauvager par contagion la vieille Europe en lui décimant d’étrange sorte la pensée. On a maintenant honte du repos. On éprouverait presque un remords à méditer. »

 

Recent

Membres
Stats
  • Total des messages: 659
  • Total des sujets: 308
  • En ligne aujourd'hui: 71
  • Record de connexion total: 429
  • (novembre 04, 2019, 11:39:04 am)
Membres en ligne
Membres: 0
Invités: 5
Total: 5