Auteur Lu 15816 fois

Jacques

  • *****
  • Néophyte
  • Messages: 29
Bilan de trois trimestres d'existence :
* le: 31 décembre 2006, 04:10:09 *
* Modifié: 04 avril 2010, 04:49:04 par Jacques *
Bilan de trois trimestres d'existence :

Ce petit forum existe depuis le 9 mars 2006.
Quelques satisfactions : la fréquentation d'origine externe n'est pas ridicule.
Je n'ai eu à lutter contre aucun hackeur encore, alors que la lutte a été chaude sur le site principal http://caton-censeur.org, alors que je traînais à faire les mises à jour (impossibilité à télécharger sur SMF, depuis cet ordi qui a un pare-feu Norton).
J'aime bien l'aspect très sobre. J'aime bien l'administration soignée et complète. Encore que je n'ai jamais expérimenté si je sais restaurer après une attaque, depuis les sauvegardes. Les vilaines surprises, cela existe aussi, je m'en suis aperçu ailleurs : les sauvegardes que l'on découvre être vides dès qu'elles sont zipées, cela existe dans d'autres logiciels.

Et les échecs et souffrances :
Je n'ai pas fait de grand battage de rappel avant, pas de longues caresses dans le sens des poils, et une fois de plus, sur ce forum comme sur les trois autres que j'ai créés et que j'anime ou co-anime, je constate un échec à créer le pluralisme. C'est même sur celui-là, le dernier, que l'échec est le plus rude. Les lecteurs sont là, mais ils sont passifs.

Oui, mais quel pluralisme conviendrait ?
Mmmh, bonne question, merci de l'avoir posée !
Le pluralisme de grattage de nombrils, de "bizou ma belle !", de "Hi hi hi ! Moi aussi - Hu hu hu ! Et moi donc !", heu, non merci ! Au bout de toutes ces années, je préfère que ce verbiage creux demeure ailleurs, là où ils s'en contentent.
Le pluralisme de la curée en meute, sus au bouc émissaire du jour, non merci, ça aussi je ne peux plus en supporter une boutte (comme disent les kabakois)...

Jusqu'à ce que nous créions Synpoïesis en octobre 2004, je n'avais encore été qu'un débatteur et un auteur, sur forums. Je pouvais toujours pester contre la pusillanimité, la passivité, voire la corruption des ouebmestres... ma grande source d'énergie, restait le fleuve de çonneries qu'il me suffisait de détourner un peu pour en faire ressortir la bêtise. J'étais dans la situation du pasticheur, l'écrivain pourtant talentueux, qui hésite à se mettre à son compte, à être sa propre source d'énergie quand la route de la çonnerie est coupée. Depuis octobre 2004 pour Synpoïesis, depuis novembre 2005 pour Caton, censeur de la République, me voilà simultanément éditeur et auteur, chercheur et jardinier des efforts de recherche des autres. Le pluralisme est très très long à construire, et les faux espoirs déçus sont nombreux. Il y faut une patience inépuisable. Le désespoir des victimes de dénis de justice systématiques, est sans fond. Stéphane Lafargue n'y a pas résisté : il s'est suicidé. Combien d'autres suicides, meurtres accomplis par la victime elle-même sous la direction des suicideurs, sont accomplis en secret ?

Une très longue patience, où les bonnes nouvelles arrivent au compte-goutte...